Cameroun: 32.000 visas européens délivrés en 2018 - Le360afrique.com

Cameroun: 32.000 visas européens délivrés en 2018

Mise à jour le 24/03/2019 à 12h02 Publié le 24/03/2019 à 11h13 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

Visa Schengen

Visa Schengen

© Copyright : dr

#Société

#Autres pays Selon les chiffres publiés cette semaine par la délégation de l’Union européenne dans le pays, 4168 étudiants ont pu obtenir le précieux sésame pour aller poursuivre leurs études dans l’espace Schengen l’année dernière.


Quelque 32.019 Camerounais ont obtenu leur visa pour l’Europe en 2018, soit une hausse de 4,8% par rapport à l’année précédente, selon les statistiques rendues publiques cette semaine par la délégation de l’Union européenne (UE) au Cameroun.

4.168 étudiants camerounais ont ainsi pu bénéficier du précieux sésame pour aller suivre leurs études supérieures dans l’espace Schengen. Ce qui représente 50% de visa étudiant délivré l’année dernière. Comme la France, la Belgique fait partie des pays d’accueil des étudiants camerounais. Avec 1.949 demandes, les Camerounais étaient les premiers demandeurs de visa étudiant en Belgique en 2017.


>>>LIRE AUSSI: Visa Schengen: l’UE assouplit les procédures et augmente les coûts

Mais tous n’ont pas obtenu leur visa, à cause des irrégularités observées dans plusieurs dossiers qui contenaient notamment de faux diplômes. Depuis l’année dernière, l’ambassade de Belgique a durci la procédure d’obtention de visa étudiant au Cameroun.

Depuis le 1er  avril 2018, les étudiants camerounais qui introduisent une demande de visa pour étudier en Belgique font ainsi l’objet d’un «screening approfondi» dans le pays. Ce screening est mené notamment en collaboration avec l’Institut français du Cameroun (IFC),  pour un accompagnement plus personnalisé des étudiants désireux de continuer leur parcours académique en Belgique.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: très forte baisse de la quantité de visas Schengen délivrés par la France

Les documents, les compétences, la connaissance de la langue et les intentions des étudiants sont abordés lors de ces entretiens. «L’objectif de notre campagne n’est nullement de couper les liens. Nous encourageons les migrations pour des raisons valables comme pour ceux qui partent réellement suivre des études. Mais lorsqu’il y a des abus et des fraudes, il faut à partir de maintenant décourager ceux qui ont des mauvaises intentions», affirme l’ambassadeur de Belgique au Cameroun, Stéphane Doppagne.

A LIRE AUSSI :

0.27792406082153 Sec