Quelques éléments en cette fin d’année | www.le360.ma

ع
Tahar Ben Jelloun
© Copyright : DR

Quelques éléments en cette fin d’année

Par Tahar Ben Jelloun (@Tahar_B_Jelloun) le 31/12/2018 à 11h59 (mise à jour le 31/12/2018 à 12h22)

Ecoutez Donald Trump ou Erdogan, Poutine ou mieux Bachar al Assad. Vous avez le choix. Ils font ce qu’ils disent.

aA

Les années se suivent et se ressemblent. Les vœux, les souhaits les plus généreux pleuvent et on fait semblant d‘y croire. L’homme est ainsi, il a besoin de petits mensonges. Ça ne mange pas de pain, de faire des vœux. Tout le monde pense que le temps avance dans le bon sens, que le progrès est une ligne qui va toujours de l’avant, laquelle ne peut être que positive.

 

Les dirigeants du monde sont là pour nous rappeler la réalité plate et implacable qui nous attend. Ecoutez Donald Trump ou Erdogan, Poutine ou mieux Bachar al Assad. Vous avez le choix. Ils font ce qu’ils disent.

 

*Trump a quelques difficultés à trouver les 5 milliards de dollars pour financer le mur sur la frontière mexicaine. Il pense qu’un mur haut et solide empêchera les Mexicains d’entrer sur le sol américain. Il se trompe. Contre la volonté de l’esprit aucun mur ne résiste. Il peut créer quelques obstacles, mais l’homme fait des miracles quand il est décidé à agir et à réaliser ce qu’il désire.

 

Il décide sans consulter personne de retirer les troupes américaines de Syrie. Résultat immédiat: les Kurdes qui ont combattu au sol les criminels de Daech se retrouvent abandonnés, ce qui arrange les appétits turcs et renforce le pouvoir de Bachar.

 

*Voilà que l’Allemagne manque de main d’œuvre spécialisée. Elle est en train de recruter des hommes et des femmes ayant des diplômes et qui constituent la classe moyenne au Maghreb par exemple. L’envie de partir, de quitter son pays, de repousser un désespoir menaçant a fait son chemin dans les mentalités des jeunes Maghrébins. Quand un pays ne donne plus envie à une jeunesse de s’y impliquer et de construire quelque chose, c’est le pire des échecs.

 

Pas moins de douze mille médecins et professeurs de médecine d’origine maghrébine travaillent en France. Ce chiffre est hallucinant. S’ils ont quitté leur pays ou n’ont pas eu envie d’y travailler, c’est qu’ils ont constaté que les conditions ne correspondent pas à leur niveau et à leurs exigences.

 

C’est une des raisons qui explique l’état de la santé dans notre pays. Les malades qui ont les moyens ne se fient pas à la santé publique, ils se font soigner dans des cliniques ou partent à l’étranger.

 

*La France décide d’augmenter dans des proportions énormes les frais d’inscription aux universités françaises pour les étudiants d’origine non européenne. Macron fait le choix des riches et ignore les familles qui n’ont pas les moyens de payer ces sommes à leurs enfants même s’ils sont très doués. C’est encore un coup fatal à la francophonie, laquelle n’est qu’un voile misérable sans moyens.

 

*L’écrivain israélien Amos Oz vient de mourir à l’âge de 79 ans. Cet homme était une personne de qualité, qui croyait à la paix possible entre les Palestiniens et Israéliens. Mais il n’a jamais été écouté. Voici ce qu’il disait il y a quelques mois à ce propos dans LePoint.fr:

 

«Tout ce débat sur l’Etat binational, ce n’est pas sérieux. Pourquoi? Parce qu’il me paraît vraiment impossible, après cent vingt ans de sang, de haine, d’humiliation, de prendre les Israéliens et les Palestiniens pour les mettre dans le même lit et leur dire: «faites l’amour pas la guerre!» ou bien: «soyez une même et seule famille». Non! Commençons par faire deux Etats, puis apprenons aux Israéliens et aux Palestiniens à se dire bonjour dans l’escalier, comme des voisins. A la suite de quoi, ils se recevront chez eux pour un café et peut-être finiront-ils par cuisiner ensemble. Après, qui sait, il sera temps de penser à une fédération ou à une autre formule. Mais le premier pas doit être de partager la «maison» en deux Etats pour chacun des deux peuples».

 

*N’insultons pas l’avenir. 2019 sera une belle et bonne année pour les optimistes, les naïfs, les inconscients, les indifférents, les imposteurs, etc. Non, ce sera l’année où la planète sera propre et où la corruption ne sévira plus dans aucun pays. Oui, c’est vrai, l’homme a décidé de devenir bon et humain.