Polémique autour de l’invitation de cinéastes marocains en Israël | www.le360.ma

ع
Haifa film festival
© Copyright : DR

Polémique autour de l’invitation de cinéastes marocains en Israël

Par Mohamed Younsi le 14/09/2018 à 22h30 (mise à jour le 14/09/2018 à 22h53)

Kiosque 360. Trois films marocains sont en lice à la 34ème édition du festival international du film de la ville de Haïfa en Israël. Une nouvelle qui alimente la polémique au Maroc.

aA

La question de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël est remise sur le devant de la scène politique, culturelle, artistique et médiatique à l’occasion de l’annonce de la participation de trois films marocains à la 34ème édition du festival international du film de la ville israélienne de Haïfa.

 

Selon le quotidien Akhbar Al Youm, qui rapporte cette information dans son édition du week-end des 15 et 16 septembre, cette annonce a été faite par le site officiel du festival, qui démarre le samedi 22 septembre. Il s’agit des films Razzia de Nabil Ayouche, Staltesse de Narjiss Nejjar et Sofia de Meryem Ben M’Barek.

 

Les productions cinématographiques marocaines sont programmées et officiellement annoncées par les organisateurs. Ce qui a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux, alors que les producteurs et réalisateurs marocains concernés ne semblent pas au courant. Dans une déclaration au quotidien, Nabil Ayouch, producteur du film Razzia, projeté dans pas moins de 200 festivals internationaux, a affirmé qu’il n’a appris la nouvelle qu’à travers les médias. «Je n’ai aucune responsabilité dans la projection de mon œuvre cinématographique en Israël», a-t-il expliqué.

 

Toutefois, il précise qu’«il est et reste toujours contre toute normalisation des relations avec Israël». D’ailleurs, a-t-il encore précisé, il ne prendra pas part à ce festival.


Quant à la programmation de son film, Ayouche a fait savoir qu’il avait cédé les droits internationaux du film à l’entreprise française Playtime, qui en est responsable. «Je ne peux pas interdire la projection en Israël d’un film dont j’ai cédé les droits internationaux, mais j’ai le droit de refuser de partir en Israël», a-t-il dit, déclarant qu’il ne participera pas à ce festival.