Sit-in: Mohamed Laârej face à son premier mouvement de protestation ce vendredi | www.le360.ma

العربية

Sit-in: Mohamed Laârej face à son premier mouvement de protestation ce vendredi

Par Qods Chabaa le 19/04/2017 à 12h59

laarej
© Copyright : DR

Le syndicat libre des artistes plasticiens organise un sit-in ce vendredi 21 avril à partir de 10 heures pour protester contre l'organisation et la gestion du service des arts au sein du ministère de la Culture. Explications.

aA

Créé il y a un an, le syndicat libre des artistes plasticiens prévoit un sit-in ce vendredi 21 avril 2017 devant le siège du ministère de la Culture.

 

Mohamed Laârej, le successeur de Mohammed Amine Sbihi à la tête du ministère de la Culture, devra donc faire face à son premier mouvement de protestation. Et ce, deux semaines à peine après sa désignation en tant que ministre de la Culture et de la communication.

 

Le syndicat souhaite transmettre au ministre un cahier revendicatif, nous apprend Saïd Hajji, vice-président de l'organisation professionnelle qui, précise-t-il, regroupe 300 adhérents issus de plusieurs villes du Maroc.

 

La première de ces revendications concerne la réorganisation du service des arts au sein du ministère de la Culture. «Ce département est géré depuis une trentaine d'années par les mêmes personnes. Il est temps d’y injecter du sang neuf. Des lauréats de l’Institut supérieur des arts dramatiques et de l’animation culturelle (ISADAC) pourraient remplir cette mission», souligne Said Hajji.

 

Contacté par le360, Abdelhaq Afandi, le directeur des arts au ministère de la Culture contredit ces propos en soulignant que la division des arts plastiques est dirigée par des jeunes. " Ce n'est pas vrai, nous avons des jeunes au sein de la division des arts. D'ailleurs, les plus vieux sont âgés entre 40 à 45 ans" a t-il précisé. La division des arts est dirigée depuis 4 ans par Mansour Akrach, le remplaçant de Mohamed Benyaacoub.

 

Autre revendication: revoir le mode d’octroi des subventions aux arts plastiques. «Il y a des artistes peintres qui habitent dans des coins reculés du Maroc et qui ne bénéficient pas de cette aide à la création», explique le vice-président du syndicat qui précise que jusqu'à présent, les projets censés jouir de la subvention au titre de l’année 2016 ne l'ont toujours pas reçue. Ici, à cette question, Abdelhaq Afandi affirme qu'il y a eu effectivement des retards de versement de la subvention. "Avec le retard de la formation du gouvernement, nous avons eu des soucis de delegation de signature, ce qui a retardé les paiements, mais c'est en cours" rassure le directeur des arts au ministère de la Culture.

 

Les contenus liés

Vos réactions