"Volubilis" de Faouzi Bensaïdi à la Mostra de Venise | www.le360.ma

ع
Faouzi Bensaidi
© Copyright : DR

"Volubilis" de Faouzi Bensaïdi à la Mostra de Venise

Par Qods Chabaa le 27/07/2017 à 15h49

"Volubilis", le dernier film de Faouzi Bensaïdi, a été sélectionné à la Mostra de Venise qui se déroulera du 30 août au 9 septembre. A l'affiche de ce nouveau long métrage du réalisateur de "Mille mois", on retrouve les acteurs Nadia Kounda et Mouhcine Malzi.

aA

Bonne nouvelle pour le cinéma marocain. Le film Volubilis de Faouzi Bensaïdi fait partie de la sélection officielle de la célèbre Mostra de Venise en Italie. Le dernier opus du réalisateur de Mort à vendre sera donc projeté en avant-première mondiale dans l’un des plus prestigieux festivals de cinéma du monde.

 

Le pitch? Volubilis est une histoire d’amour entre une femme de ménage et un vigile. Les personnes de Malika et Abdelkader interprétés par les acteurs Nadia Kounda et Mouhcine Malzi. Leur vie va basculer après une humiliation subie par le mari sur son lieu de travail.

 

Le film a été tourné entre Casablanca et Meknès. Le premier long métrage du réalisateur, Mille mois, avait -on s'en souvient- remporté un prix dans la section «Un certain regard» au Festival de Cannes, en 2003.

 

Contacté par le360, Faouzi Bensaïdi avoue que Volubilis est très différent de ses films précédents, même s'il y a toujours quelque chose qui les lie. «Volubilis est un mélodrame. Et c'est la première fois que j'aborde ce genre cinématographique», déclare le cinéaste. «Le film est parti de l'idée suivante: comment une histoire d'amour, aussi belle soit-elle, peut-elle continuer à exister dans un contexte difficile et dans un environnement qui n'aide pas», nous confie le réalisateur de Mort à vendre.

 

Les deux personnages principaux de ce film représentent les sous-prolétaires: ceux qui travaillent, maiq qui touchent un salaire tellement modeste qu'au final, c'est comme s'ils n'avaient pas de travail. «C'est un film des temps actuels, marqués par le libéralisme sauvage, et qui montre comment ce libéralisme impose des salaires qui ne permettent pas de vivre au Maroc».