Assurance: Les chantiers de l’ACAPS | www.le360.ma

ع
Boubrik

Hassan Boubrik, président de l'ACAPS.

© Copyright : DR

Assurance: Les chantiers de l’ACAPS

Par Rachid Al Arbi le 21/04/2016 à 02h43 (mise à jour le 21/04/2016 à 03h19)

Kiosque360. L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale compte accélérer la cadence pour la refonte du code des assurances, la libéralisation des tarifications dans l’automobile, et même la révision de la base de la solvabilité des compagnies

.

aA

Gros chamboulement dans le monde de l’assurance au Maroc. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que les chantiers de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) sont nombreux. Le régulateur va s’attaquer à la refonte du Code des assurances, poursuivre la libéralisation des critères de tarification auto, réviser la base de la solvabilité des compagnies.

 


Il est ainsi question de mettre en place un nouveau contrat programme dont les travaux «vont bientôt démarrer, alors même que plusieurs mesures envisagées dans l'ancien programme n'ont pas été mises en application». Il s’agira, dans ce cadre, d’axer davantage «sur la formation, l’innovation et l’effort commercial». 


 

Invité dans le cadre du Club de L’Economiste, Hassan Boubrik, patron du régulateur, évoque, dans les colonnes du journal, l’exposition des acteurs de l’assurance à la baisse du marché. «Nous avons une situation inédite car les taux d'intérêts sont bas et le marché n'est pas performant», souligne-t-il. En effet, il considère que le marché boursier «ne suit» pas la situation du pays qui, «bien noté par les agences, jouit de la confiance des investisseurs et de la stabilité politique». Pour lui, le marché «doit refléter davantage l'économie, et son salut se trouve dans les secteurs dynamiques et les nouveaux métiers du Maroc». Ceci étant, il estime que la baisse de la Bourse n’est pas déstabilisante, les compagnies faisant des ajustements tenant compte du repli des rendements des portefeuilles vie. Comme alternative, il y a les placements dans l'immobilier. D’ailleurs, il y aura des assouplissements en la matière. «Les compagnies d'assurance seront beaucoup plus libres dans leur politique de placement une fois le référentiel de solvabilité basé sur le risque en place.»