Bitcoin, la nébuleuse | www.le360.ma

ع
Bitcoin Monnaie virtuelle
© Copyright : Dr

Bitcoin, la nébuleuse

Par Ismail Benbaba le 11/01/2018 à 21h17

Kiosque360. Le bitcoin continue de faire des vagues. Après une dégringolade de sa valeur de 18.000 dollars à 11.000 dollars en décembre dernier, la cryptomonnaie a repris du poil de la bête et affiche 15.000 dollars au compteur. Un renforcement du contrôle pourrait-il réduire sa valeur? Décryptage.

aA

C’est le sujet qui agite l’actualité économique depuis plusieurs mois. Le bitcoin, en effet, a animé et continue d’animer les débats au plus haut niveau.  En décembre dernier, le bitcoin a reçu ses premières lettres de noblesse avec le Chicago Board Options Exchange et le Chicago Mercantile Exchange qui ont lancé des contrats à terme sur la cryptomonnaie de référence, rappelle le quotidien français Les Echos dans un article détaillé sur le sujet et publié sur son site le 10 janvier. Doit-on renoncer à analyser le bitcoin ? Ne peut-on rien dire sur sa valeur «fondamentale» ?

 

Autant de questions que se pose le journal sur cette cryptomonnaie qui affole les compteurs, même si sa valeur a connu un crash en décembre 2017, dégringolant de 18000 dollars à 11000 dollars. Depuis, elle est remontée pour atteindre les 1.5000 dollars.

 

Le journal tente de cerner les raisons de l’incessante fluctuation de cette monnaie virtuelle, avançant ainsi plusieurs arguments parmi lesquels le concept de «vélocité», c'est-à-dire la vitesse de circulation de la monnaie.

 

«Une monnaie véloce permet de réaliser plus de transactions par unité de temps. Par exemple, dans nos pays, le stock de monnaie représente environ la moitié du PIB annuel, et environ un dixième du stock de richesse (valeur des actifs mobiliers et immobiliers). Ce stock de monnaie est suffisant pour effectuer nos transactions (achat de logement, paiement des salaires, etc.)», détaille le quotidien.

 

Soulignons que le bitcoin représente aujourd’hui un véritable casse-tête pour les régulateurs, notamment les banques centrales, qui s'inquiètent à juste titre de l'usage du bitcoin pour des opérations de blanchiment. Et les gouvernements, de leur côté, qui sont impuissants face à l’augmentation exponentielle de l'évasion fiscale que favorise cette cryptomonnaie.

 

Les Echos appelle à un renforcement du contrôle, mais estime aussi qu’un tel renforcement ne sonnerait pourtant pas nécessairement le glas des cryptomonnaies. «Au contraire, des contrôles plus sévères permettraient de mieux séparer le bon grain de l'ivraie», conclut le quotidien.