Crédit immobilier: les ménages toujours friands de taux fixes | www.le360.ma

ع
Investissement immobilier
© Copyright : Dr

Crédit immobilier: les ménages toujours friands de taux fixes

Par Mouna Qacimi le 23/07/2017 à 21h10 (mise à jour le 24/07/2017 à 08h10)

Kiosque360. La production de crédit à l’habitat affiche une augmentation de 5% à 29 milliards de dirhams en 2016. Le nombre de bénéficiaires a, pour sa part, régressé de 8%.

aA

29 milliards de dirhams! C’est la production enregistrée par le crédit immobilier en 2016. Il s’agit là d’une progression de 5% par rapport à l'année précédente. Néanmoins, le nombre de bénéficiaires du crédit immobilier a baissé de 8%, rapporte le quotidien L’Économiste dans son édition de ce lundi 24 juillet.

 

D’après le journal, le taux d’intérêt moyen du crédit à l’habitat a diminué de 25 points de base, l’année dernière, pour ressortir à 4,96%. Ce taux a d’ailleurs reculé de 50 points de base en trois ans. Au moins 67% de l’encours des crédits à l’habitat sont soumis à un taux compris entre 4 et 6%.

 

L’Économiste souligne que la baisse du coût de financement a consolidé, en grande partie, la souscription des ménages aux crédits immobiliers à taux fixe. Pour preuve, les crédits à taux fixe représentent 97% de la production et 91% de l’encours de l’année dernière.

 

Sur un tout autre chapitre, la dette bancaire des ménages a progressé de 4% en 2016 pour ressortir à 309 milliards de dirhams. S’inscrivant dans le même trend haussier, le patrimoine financier des Marocains a augmenté de 5% pour s’établir à 735 milliards de dirhams.

 

Les ménages plus solvables que les entreprises

 

L’Économiste précise que les prêts à l’habitat représentent 2/3 de la dette des ménages. Le taux d’endettement devrait se situer, selon les experts, aux alentours de 55% pour les ménages qui sont déjà propriétaires d’un bien immobilier. Et pour ceux qui ne disposent pas de crédit à l’habitat, le taux d’endettement ne devrait guère dépasser les 40%.

 

Alors que les impayés des entreprises ne cessent de progresser, la solvabilité des ménages, quant à elle, s’améliore. D’ailleurs, les créances en souffrance de cette catégorie de clientèle se sont établies à 22,4 milliards de dirhams en 2016. Il s’agit là d’une baisse de 1% par rapport à l'année précédente. Le taux d’impayé ressort, ainsi, à 7,3%. Mais, pour le crédit à la consommation, le taux d’impayé culmine à 10%. Le crédit immobilier est mieux remboursé par le ménage que le prêt Conso’. Pour preuve, le taux d’impayé des prêts immobiliers a baissé de 0,3 point en 2016 pour s’établir à 5,8%.