Deal Saham/Sanlam: le DG sud-africain reconnaît un blocage | www.le360.ma

ع
Moulay Hafid Elalamy

Moulay Hafid Elalamy, ministre du commerce, de l'industrie, des investissements et de l'économie numérique.

© Copyright : Le360

Deal Saham/Sanlam: le DG sud-africain reconnaît un blocage

Par Wadie El Mouden le 13/09/2018 à 14h25

L’Acaps n’a toujours pas autorisé la cession du pôle assurance du groupe Saham au sud-africain Sanlam. Le DG de Sanlam, Ian Kirk, vient de révéler les causes du retard pris dans la finalisation de ce deal, dont le montant s'élève à 1 milliard de dollars.

aA

Le flou se dissipe peu à peu autour de l’opération de cession du pôle assurance du groupe Saham au sud-africain Sanlam. Annoncée en fanfare début mars dernier, simultanément à Casablanca et à Johannesburg, l’opération n’a toujours pas reçu l’aval de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (Acaps).

 

Nouveau Président à la tête de Saham Assurance 

 

Malgré l’expiration du délai légal requis pour se prononcer sur la recevabilité de cette acquisition, l’Acaps, au même titre que le groupe Saham, refusent à ce jour de communiquer sur les raisons du retard pris par l’instruction de ce dossier.


La dernière sortie médiatique du directeur général de l’assureur sud-africain Sanlam, Ian Kirk, est venue donc apporter quelques éléments de réponse. «Il y a eu des brouilles diplomatiques entre les deux pays qui ont été largement médiatisées, et je pense qu’elles sont à l’origine du retard», a-t-il affirmé dans un entretien publié mercredi 12 septembre par le site d’information sud-africain Moneyweb. «Il est important que le Maroc et l’Afrique du Sud aient des relations diplomatiques étroites. L'année dernière, il y a eu des progrès, mais une petite régression a été enregistrée cette année», a-t-il ajouté.

 

Affaire Saham: cédera, cédera pas? A quoi joue Moulay Hafid Elalamy?

 

Le site sud-africain a par ailleurs noté que les tensions diplomatiques entre l’Afrique du Sud et le Maroc seraient liées à deux dossiers: la position de Pretoria sur la question du Sahara et le refus de l’Afrique du Sud de soutenir la candidature du Maroc à l’organisation du Mondial 2026, sachant que le président du comité marocain en charge de porter cette candidature n’était autre que le Président-fondateur du groupe Saham, Moulay Hafid Elalamy.