Impôts: 58% du tissu productif national dans le rouge | www.le360.ma

ع
Déficit
© Copyright : Dr

Impôts: 58% du tissu productif national dans le rouge

Par Ismail Benbaba le 20/04/2017 à 23h31 (mise à jour le 21/04/2017 à 02h11)

Kiosque360. Sur les quatre dernières années, le nombre d’entreprises ayant déclaré un résultat déficitaire ou nul est passé de 59.626 en 2012 à 71.564 en 2013, avant d’atteindre 78.906 en 2014. Et tout porte à croire que la tendance ne fait que s’accentuer.

aA

Nos entreprises sont-elles devenues de vraies coquilles vides, servant à tout sauf à dégager des bénéfices, s’interroge, dans sa livraison de ce vendredi 21 avril, La Vie Eco qui souligne avoir obtenu, en exclusivité, des données recoupées du Registre central de commerce du spécialiste du renseignement commercial Inforisk et de la Direction générale des impôts (DGI). Ainsi, sur les quatre dernières années, on remarque que le nombre d’entreprises ayant déclaré un résultat déficitaire ou nul est passé de 59.626 en 2012 à 71.564 en 2013, avant d’atteindre 78.906 en 2014. Et la tendance n’a fait que s’accentuer en 2015, croit savoir le journal qui relève une hausse de 7,3% à 84.706, soit 58% du tissu productif national.

 

Concernant la TPE, le niveau est criard, puisque 61% des entreprises de cette catégorie ont un résultat global avant impôt négatif de 22 milliards de DH, soit une moyenne de 265.000 DH. Les PME sont, en revanche, moins touchées puisque seules 15% d’entre elles sont déficitaires de 25 milliards de DH.

 

De leur côté, les grandes entreprises (16%) ont perdu 13,7 milliards de DH. La Vie Eco explique cette situation par le démarrage d’activité, la baisse du chiffre d’affaires, un investissement lourd, un cycle d’exploitation long ou des marges en baisse. Outre ces facteurs, le journal explique que plusieurs entreprises traînent des reports déficitaires depuis des années. En effet, selon la DGI, la moitié des entités déficitaires en 2015 le sont depuis plus de trois années consécutives.

 

Notons que l’administration fiscale met tous les moyens possibles en œuvre, y compris l’état justificatif du déficit, pour s’assurer de la véracité des déclarations de ces entreprises. Aussi, comme le fait remarquer le journal, la généralisation de la télé-déclaration permet à la DGI d’avoir facilement accès à l’ensemble des données des états financiers des contribuables. 

Vos réactions