La crise de la RAM divise le PAM | www.le360.ma

ع
Mohamed Aboudrar et Abdellatif Ouahbi

De gauche à droite: Mohamed Aboudrar et Abdellatif Ouahbi, tous deux députés du PAM.

© Copyright : DR

La crise de la RAM divise le PAM

Par Wadie El Mouden le 07/08/2018 à 16h58 (mise à jour le 07/08/2018 à 17h11)

Suite aux propos du député Mohamed Aboudrar, appelant au licenciement des pilotes «grévistes», son collègue au sein du PAM, Abdellatif Ouahbi, rectifie le tir et s'excuse auprès de ces derniers. Les deux députés s’accordent sur la nécessité de convoquer une réunion d'urgence au Parlement.

aA

«Si j'étais à la place du Président de la RAM, j’aurais licencié tous les pilotes grévistes, en raison de leur faible sens du patriotisme. Les pilotes sont conscients des difficultés auxquelles la RAM est confrontée, aggravées par le niveau élevé des salaires, nos pilotes étant réputés être les plus chers dans le monde...Tout cela n’aura pas suffi pour arrêter nos frères pilotes, aveuglés par leur cupidité et qui se précipitent pour conduire l’entreprise à la faillite…Le commandant de bord perçoit un salaire de 150.000 dirhams tandis que le copilote touche un salaire de 80.000 dirhams avec un diplôme ne dépassant pas le Bac + 5, sans omettre d’autres avantages, notamment les nuitées dans des hôtels cinq étoiles…Malgré tout cela, ils revendiquent une augmentation de l’ordre de 30.000 dirhams, ainsi que d’autres avantages dont celui, le plus insolite, exigeant que les hôtesses de l’air soient hébergées dans les mêmes hôtels que les pilotes».


Ces propos offensifs, pour la plupart erronés et manquant de précision, émanent d’un post Facebook, publié samedi 4 août, sur le mur de Mohamed Aboudrar, député PAM de Sidi Ifni et également membre de la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

 

Le même député a introduit hier une requête devant la commission des secteurs productifs, appelant à la tenue d’une réunion urgente en présence du ministre du Tourisme et du transport aérien, Mohamed Sajid, ainsi que le PDG de la RAM, Abdelhamid Addou.

Crise RAM-AMPL: plus de 100 vols annulés, le gouvernement en vacances 

 

Ces accusations gratuites et infondées de la part d'Aboudrar n’ont pas été du goût du membre du bureau politique du parti du Tracteur, Abdellatif Ouahbi. «Ces  propos n’engagent que leur auteur. Ils ne représentent en aucun cas les positions de notre parti, ni celle de notre groupe parlementaire, qui a de tout temps apporté son soutien aux mouvements sociaux revendiquant des droits légitimes», a affirmé l’ancien chef du groupe parlementaire du PAM, cité par le site al3omk. «Nous présentons nos excuses aux pilotes de la RAM», a-t-il ajouté en réitérant son soutien inconditionnel au personnel naviguant de la compagnie nationale. Ouahbi emboîte le pas à son collègue Aboudrar et lance un appel pour tenir une réunion d’urgence de la commission des secteurs productifs en présence du ministre de tutelle et du président de la RAM.

Exclusif: échec du nouveau round de négociations entre la RAM et ses pilotes 


La sortie médiatique de Ouahbi ne semble pas plaire à Aboudrar. Ce dernier, dans un nouveau post diffusé hier sur sa page Facebook, a tenu à rappeler à Ouahbi qu’il n’a pas non plus vocation à se prononcer au nom du PAM et qu’ils sont tous les deux «égaux au sein du groupe parlementaire et aussi au sein du parti. «Ouahbi devrait d’abord apprendre à naviguer sur Facebook pour comprendre ce que ressentent les jeunes d’aujourd’hui», riposte Aboudrar qui, enfin, reconnaît avoir dérapé en remettant en cause le sens patriotique des pilotes de la RAM.

 

Pour rappel, Abdellatif Ouahbi a été le premier député à réagir à la crise opposant le transporteur public à l’AMDL, en interrogeant le ministre Sajid, via une question écrite, sur les mesures que le gouvernement serait en mesure d’entreprendre pour rassurer les pèlerins marocains qui s’apprêtaient à rejoindre les lieux saints à bord des vols de la RAM. A ce jour, tous les appels adressés au gouvernement sont restés sans réponse. Le ministre Sajid aurait préféré partir en vacances malgré l’échec du dernier round de négociations entre les deux directions de la RAM et de l’AMPL.