La facturation électronique de la discorde | www.le360.ma

ع
Moulay Hafid Elalamy, ministre

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique. 

© Copyright : Dr

La facturation électronique de la discorde

Par Fayçal Ismaili le 08/01/2019 à 22h42

Kiosque360. Une réunion, dédiée au suivi des revendications des commerçants, se tiendra le 16 janvier prochain sous la présidence du ministre de l'Industrie.

aA

Après les Finances, c'est au tour du ministère de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique de se réunir avec les commerçants, nous apprend Les Inspirations Eco dans son édition du 9 janvier.

Une réunion dédiée au suivi des revendications des commerçants se tiendra, le 16 janvier prochain, sous la présidence de Moulay Hafid Elalamy, ministre de tutelle. Cette rencontre se fera en présence des Chambres de commerce et d'industrie et des représentants des commerçants, avec la participation des directions générales des Impôts et des Douanes.

 

Cette annonce survient quelques jours après l’appel lancé, le 4 janvier, par le ministre du Commerce, qui avait invité les commerçants à présenter leurs revendications de manière organisée, à travers les Chambres de commerce et les associations professionnelles des commerçants. La veille, le 3 janvier, les grossistes de Casablanca -précisément ceux de Derb Omar, Korea et Garage Allal- avaient fermé boutique et tenu un sit-in sur la place de la Victoire. Un rassemblement lors duquel ils ont manifesté contre les nouvelles mesures fiscales mises en place par la DGI.

 

Celles-ci prévoient que les commerçants délivrent des factures numérotées et en série continue. Pour cela, ils doivent se doter d’un logiciel de facturation homologué par l’administration fiscale et d’un système d’information permettant d’avoir une base de données commune avec le fisc.

 

En parallèle, l’administration des Douanes a multiplié les contrôles, qui ont débouché sur la saisie de marchandises dont l’origine n’a pu être justifiée. Des saisies qui ont provoqué l’ire de certains grossistes qui se disent persécutés par l’administration fiscale et qui attribuent la multiplication des saisies à cette nouvelle mesure.