La liste des privatisations adoptée par le gouvernement | www.le360.ma

ع
Energie Electrique Tahaddart
© Copyright : DR

La liste des privatisations adoptée par le gouvernement

Par Rachid Al Arbi le 08/11/2018 à 23h56

Kiosque360. Si la liste des privatisations pour 2019 a connu l’entrée de deux nouvelles entreprises (Energie Electrique de Tahaddart et Mamounia), elle a aussi subi de nombreux retraits, le plus important étant celui de CIH Bank. L’Etat espère engranger une recette de 10 milliards de dirhams.

aA

C’est fait, le conseil de gouvernement vient d’adopter la liste des prochaines privatisations, annonce L’Economiste dans son édition du 9 novembre. Le journal souligne que la liste de départ a été fortement modifiée puisque, si deux nouvelles entreprises y ont été intégrées, sept autres en ont été retirées. La balle est désormais dans le camp des parlementaires qui devront trancher sur le projet de réforme de la loi relative au transfert des entreprises publiques au secteur privé. «Son adoption devrait s'effectuer en même temps que le projet de loi de Finances», écrit le quotidien.

 

C’est ainsi Energie Electrique de Tahaddart, dont l’Office National de l'Eau et de l'Electricité détient 48% des parts aux côtés d’Endesa Generación (32%) et de Siemens Project Ventures (20%), qui fait désormais partie des entreprises privatisables. Il y a, également, le prestigieux hôtel la Mamounia de Marrakech, propriété à hauteur de 65% de l’ONCF.

 

Outre le financement du budget de 2019, le produit de ces privatisations permettra de «dynamiser le portefeuille public» puisqu’elles s'inscrivent dans une approche intégrée de gestion active du portefeuille public, comme ce fut le cas pour Marsa dont l’Etat a cédé 40% du capital en bourse pour 1,9 milliard de dirhams, tout en gardant son contrôle. D’ailleurs, la société figure encore une fois, au même titre que 3 autres (Maroc Telecom, Biopharma et Sonacos), sur la liste des sociétés privatisables.

 

A l’inverse, CIH Bank a été retirée de la liste, au même titre que 6 autres entreprises dont certaines connaissent des difficultés financières, sont en liquidation ou vivent des problèmes liés, notamment, au foncier. Le journal cite les cas des hôtels Asmaa et Ibn Toumert, de Cotef, de Sococharbo, de l'usine de fabrication des briques et des tuiles BTNA, ainsi que de la Société chérifienne des sels (SCS).

 

Par le biais des privatisations, L’Etat espère s’assurer une recette de 10 milliards de dirhams qui sera affectée au budget général et au Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Mais l’objectif est avant tout «de réaliser des opérations de transfert dans des délais courts et selon les possibilités offertes par le marché». En effet, l’Etat veut «ouvrir le capital des entreprises publiques ayant atteint un stade de maturité et opérant dans des secteurs ouverts à la concurrence».