Le crédit aux promoteurs immobiliers reprend du poil de la bête | www.le360.ma

ع
Immobilier crédit promoteurs
© Copyright : Dr

Le crédit aux promoteurs immobiliers reprend du poil de la bête

Par Ismail Benbaba le 02/10/2017 à 23h55

Kiosque360. De 55,5 milliards de dirhams au début de l’année, le stock de financements a atteint, à fin août, 58,7 milliards de dirhams. Une hausse de 6% qui annonce une reprise du secteur.

aA

Le crédit aux promoteurs immobiliers sort progressivement de sa torpeur, affirme Aujourd’hui Le Maroc dans sa publication de ce mardi 3 octobre. En effet, révèlent de récentes statistiques publiées par Bank Al-Maghrib, ce type de financement a atteint, à fin août, 58,7 milliards de DH, en léger repli de 0,2% par rapport au mois de juillet. Mais, sur un horizon plus long, la tendance est plutôt à la hausse.

 

Les détails montrent ainsi que, sur une année glissante par rapport à août 2016, le stock de financements a crû de 1,4%. Aujourd’hui Le Maroc souligne que le rythme de croissance s’est particulièrement accru sur l’année en cours dans la mesure où, au début du mois de janvier, le stock de financements accordés aux développeurs était de 55,5 milliards de DH, ce qui veut dire que, sur les huit premiers mois de l’année, ce type de financements a progressé de 6%. Pour le journal, la tendance observée s’explique par les efforts consentis par les majors du secteur en termes de désendettement.

 

Le quotidien poursuit en expliquant que la chute des crédits aux promoteurs immobiliers, ces dernières années, est aussi due au ralentissement naturel des mises en chantier, dans le sillage d’une baisse de la demande pour l’immobilier résidentiel, soulignant de même que les nouveaux projets ont encore chuté de plus de 26% l’année dernière. Aussi, le premier semestre de cette année a-t-il enregistré une baisse de 16% des mises en chantier, comparativement à la même période de l’année dernière.

 

Pour Aujourd’hui Le Maroc, l’embellie observée depuis le début de l’année est le signe d'une reprise. Toutefois, cette reprise est encore loin de se généraliser au secteur, précise le journal. 

Vos réactions