Le règlement européen sur la protection des données personnelles s’abat sur le Maroc | www.le360.ma

ع
protection données personnelles
© Copyright : DR

Le règlement européen sur la protection des données personnelles s’abat sur le Maroc

Par Fayçal Ismaili le 18/03/2018 à 23h02

Kiosque360. L’Union Européenne a adopté une nouvelle réglementation concernant la protection des données personnelles. Elle sera appliquée dans trois mois, même en dehors du Vieux Continent.

aA

Le règlement européen sur la protection des données personnelles entrera en vigueur dans trois mois et suscite déjà quelques inquiétudes au Maroc, rapporte L’Économiste qui évoque plus particulièrement, dans sa livraison du 19 mars, les opérateurs de l’offshoring. Cette nouvelle réglementation a la particularité d’être applicable même en dehors du territoire européen, notamment aux entreprises qui collectent des informations de citoyens installés au sein de l’UE.

 

«il faut des garanties techniques et organisationnelles suffisantes pour traiter les données transférées depuis l'Union Européenne», précise la commission nationale pour le contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), citée sur les colonnes du quotidien francophone. Le CNDP a d’ailleurs élaboré un guide pour montrer aux opérateurs marocains ce qu’ils doivent et peuvent faire dans le cadre des contrats qui les lient aux entreprises du Vieux Continent. Globalement, il faut avoir les mêmes standards qu’en Europe en matière de traitement des données. Ainsi, chaque pas doit être validé au nord de la Méditerranée et doit être conforme aux méthodologies qui y sont en vigueur.

 

L’opérateur marocain, par exemple, doit aussi avoir un registre où chaque détail concernant le traitement des données personnelles est soigneusement inscrit. Ainsi, chaque vol ou violation doivent être notifiés rapidement au client. Un délégué à la protection doit de même être désigné et servira d’interlocuteur avec les différentes autorités. Le montant des sanctions, qui étaient plafonnées à 300.000 dirhams, risquent d'atteindre 230 millions de dirhams, ou 4% du chiffre d’affaires de l’entreprise contrevenante au niveau mondial.