Marché publicitaire: les annonceurs lèvent le pied | www.le360.ma

ع
Marché publicitaire
© Copyright : DR

Marché publicitaire: les annonceurs lèvent le pied

Par Ismail Benbaba le 06/12/2018 à 23h05

Kiosque360. La morosité s’installe dans le marché publicitaire. A fin octobre 2018, les investissements publicitaires ont enregistré une baisse de 9,5% par rapport à l’année passée.

aA

Les investissements publicitaires sont en baisse. Et ce sont notamment la presse écrite, la télévision et l’affichage qui sont les plus touchés. Selon La Vie Eco, qui s’intéresse au sujet dans sa publication en kiosque ce vendredi, à fin octobre 2018, les investissements publicitaires bruts ont chuté de 9,5% par rapport à la même période de l’année précédente, pour s’établir à 4,7 milliards de dirhams.

 

Selon le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), les budgets de la presse ont baissé de 22,8%, ceux de la télévision de 13,5% et ceux de l’affichage de 16,4%, pour s’établir respectivement à 478 millions de dirhams, 1,6 milliard de dirhams et 1,16 milliard de dirhams. On note aussi que le cinéma n’arrive pas non plus à tirer son épingle du jeu, puisque ses recettes sont en repli de 25,6% d’une année à l’autre, passant de 52,87 millions de dirhams à 39,3 millions de dirhams. Pour le journal, cette contre-performance s’explique en partie par la saturation et la politique commerciale anarchique du secteur. Cependant, force est de reconnaître que les entreprises ont également réduit leurs investissements en communication, pour plusieurs raisons liées à la conjoncture économique.

 

Pour sa part, la radio a, toutefois, réussi à tirer son épingle du jeu avec un chiffre d’affaires en progression de 8%, à 888 millions de dirhams. De son côté, le digital poursuit son ascension, confirmant ainsi son attractivité. Son chiffre d’affaires est en croissance de 17,3% à 525,3 millions de dirhams. Mais l’essentiel des recettes est capté par Google et Facebook, nuance La Vie Eco. Par ailleurs, la télévision reste le média le plus prisé pour les produits de consommation courante, avec 88% du budget publicitaire de Procter&Gamble et 97% de celui d’Unilever, explicite le journal.