Marrakech: visite officielle de la Première dame du Nigeria, Aisha Buhari | www.le360.ma

ع
Aisha Buhari

Aisha Buhari, épouse du président nigérian Muhammadu Buhari.

© Copyright : dr

Marrakech: visite officielle de la Première dame du Nigeria, Aisha Buhari

Par chakir Alaoui le 13/11/2017 à 12h35 (mise à jour le 13/11/2017 à 19h33)

Mme Aisha Buhari, épouse du président du Nigeria, est attendue mardi 14 novembre à Marrakech où elle présidera la première édition du Forum des femmes chefs d'entreprises du Nigeria et du Maroc.

aA

La Première dame du Nigeria sera accompagnée d'une forte délégation comprenant des ministres et plusieurs femmes chefs d'entreprises de son pays. Du côté marocain, participeront à ce forum, prévu du 15 au 17 novembre, Mouna Boucetta, secrétaire d'État à la coopération et les représentantes d'une quinzaine d'entreprises créées ou dirigées par des femmes.

 

Ce forum, le premier du genre, vise à jeter des ponts entre les patronats des deux pays via la création à Marrakech de "l'Association des femmes d'affaires du Nigeria et du Maroc".

 

Cette plateforme a pour objectif d'aider "les entrepreneures panafricaines en général et celles du Nigeria et du Maroc en particulier à fructifier l’entrepreneuriat", selon les organisateurs.

 

Outre la Première dame du Nigeria, la délégation nigériane est composée, entre autres, de Hajya Aisha Abubakar, ministre d’État chargée du Commerce et de l’investissement, et de Hajya Khadijah Bukar Abba Ibrahim, ministre d’État chargée des Affaires étrangères. S'ajoutent à ces noms des officiels de différents ministères, les représentants d'agences et d'organismes pour la promotion des investissements, du développement et de l’entrepreneuriat ainsi que les épouses de plus d’une dizaine de gouverneurs d’États fédéraux.

 

Selon la même source, cet événement s'inscrit dans "le sillage d’une coopération sud-sud forte et solidaire entre les pays africains",  et d’un accord signé entre le Maroc et le Nigeria pour la réalisation du projet de gazoduc sur la façade atlantique.

Vos réactions