Vers plus de transparence entre les médecins et les laboratoires | www.le360.ma

ع
laboratoire. Recherche scientifique
© Copyright : DR

Vers plus de transparence entre les médecins et les laboratoires

Par Rachid Al Arbi le 13/02/2018 à 01h20

Kiosque360. La relation entre laboratoires et médecins va être scrutée. Une proposition de loi vient d’être introduite pour tenter d'instaurer plus de transparence.

aA

Fini les micmacs entre les laboratoires et les médecins. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte qu’un projet de loi vient d’être introduit pour exiger la transparence dans les rapports entre les médecins et les établissements de soins, les laboratoires pharmaceutiques, les fabricants de produits esthétiques et de dispositifs médicaux.

Dans le détail, la valeur des cadeaux offerts aux médecins, associations, ordres professionnels, enseignants, entreprises de communication ne devra désormais, si le texte passe, dépasser 200 dirhams pour un total annuel de 2.000 dirhams.

 

Pour ce qui est des formations qualifiantes ou continues, des conventions peuvent être signées à condition que la relation soit «claire». Il faut par ailleurs en informer l’ordre des médecins ou des pharmaciens et obtenir l’autorisation du SGG pour pouvoir conclure une telle convention. Le journal indique que, pour éviter les dérives, il ne faut pas que les honoraires ou financements soient déterminés en fonction des prescriptions ou des ventes. Il sera donc nécessaire pour les laboratoires de se déclarer, avant le 31 mars, auprès des organisations ordinales. La déclaration doit détailler tous les avantages octroyés. Ils devront aussi déposer au SGG le listing des donations aux médecins, cliniques et autres établissements de soins. La même déclaration doit être faite par les entreprises de presse et les site web qui profitent d’un concours financier des laboratoires.  

 

Pour assurer l’application de ce dispositif, le projet de loi prévoit des sanctions allant de 50.000 à 100.000 dirhams, ou l’interdiction de soumissionner aux appels d’offres pendant un an.