Le Figaro fait le tour du Maroc en camping-car pour rendre hommage aux vignobles marocains | www.le360.ma

ع
figaro et vignobles
© Copyright : DR

Le Figaro fait le tour du Maroc en camping-car pour rendre hommage aux vignobles marocains

Par Zineb Ibnouzahir le 01/04/2018 à 11h13

Dans un article daté du 15 mars intitulé «Le Maroc, un vignoble en pleine mutation», «Le Figaro» propose à ses lecteurs un reportage réalisé au Maroc, au cœur même du terroir où sont fabriqués les grands vins marocains.

aA

«Depuis 40 ans, le vignoble marocain est en mutation. On y voit une diversité de styles affichés et la réhabilitation de vignobles oubliés. Car n’oublions pas que le Maroc reste l’un des berceaux des dernières vignes sauvages», annonce ainsi Le Figaro qui entreprend lors de ce reportage un long périple à travers le Royaume.

 

Des contreforts du Rif, à la région de Meknès, puis de Rommani, dans la province de Khemisset et jusqu’à Benslimane, l’équipe de journalistes français a écumé les vignobles et les caves marocaines pour enquêter sur ce Royaume où les premiers vins furent élaborés vers le VIe siècle av. J.-C., lors des installations des comptoirs phéniciens et grecs.

 

C’est donc à bord d’un camping-car que l’équipe du Figaro a entrepris ce périple avec pour première étape, le domaine de Castel, aux pieds du mont Zerhoune, dans la région du Rif. Un domaine de 1.400 hectares dont 500 hectares de vignoble où sont produits Cabernet sauvignon, Merlot, Syrah, Grenache et Cinsault.

 

"Je t'aime, moi non plus: 10 choses à savoir sur l'histoire du Maroc avec le vin

 


Direction ensuite Meknès, le long des contreforts de l’Atlas où les Celliers de Meknès, premier producteur de vin au Maroc depuis les années 50, s’étendent sur 2.400 hectares de vignes.

 

"Nous sommes également en train de convertir 400 hectares en agriculture biologique depuis cette année", confie Josselin Desprez de Gesincourt, le directeur export au Figaro. Autre annonce de taille, l’ouverture prochaine, d’un hôtel de luxe et d’un restaurant gastronomique.

 

Le périple viticole se poursuit ensuite dans la région de Rommani, dans la province de Khemisset où se trouve l’Hacienda des Cigognes, un domaine créé par la famille Moullablad, installée dans la région depuis 1914.

 

Typique des caves du Maroc, les voûtes dites cathédrales, permettent ici une meilleure aération des bâtiments et jouent un rôle de régulateur thermique naturel. Ce domaine compte 98 hectares de vigne du domaine, répartis sur deux sites et principalement plantés en Merlot, Cabernet sauvignon, Syrah, Carignan et Tempranillo.

 

"Au Maroc, ce sont les femmes qui font la vendange, tout comme la taille et les autres travaux méticuleux de la vigne", explique Boris Bille (sommelier et membre fondateur de l’Association des Sommeliers du Maroc), lors de la visite des journalistes du Figaro.

 

 

"PLF 2018: le PJD vote contre la hausse de la TVA sur les bijoux, les voitures de luxe et l'alcool

 


Autre étape incontournable de la région, la Ferme rouge dont le domaine a été créé en 1908 et qui est aujourd’hui dirigée par l’oenologue français Jacques Poulain

 

Le séjour s’achève au Domaine des Ouled Taleb de Benslimane, exploité par la société Thalvin depuis 1968 et désormais entre les mains de la famille Zniber.


«Cette magnifique propriété, créée en 1926, est la plus ancienne cave viticole encore en activité au Maroc. Le domaine a vu se succéder ces dernières années deux œnologues français, aussi talentueux que sympathiques: Jacques Poulain (désormais à La Ferme Rouge) et Stéphane Mariot, directeur du domaine depuis 2011» explique le journal.

 

Avant de quitter le Maroc, l’équipe de journalistes décide de se rendre à Aït Souala, une ancienne cave viticole d’Etat, dont quelques vestiges subsistent encore aujourd’hui. «Des lieux aujourd’hui fantomatiques et qui furent, pendant la période faste du vignoble marocain (1970-1990), la plus grosse cave coopérative au monde, avec quelques 650.000 hl de capacité», conclut le journal en un joli hommage.