Les nouveaux métiers #1: devenez responsable du "bonheur en entreprise" | www.le360.ma

ع
Responsable du bonheur

Photo d'illustration. 

© Copyright : DR

Les nouveaux métiers #1: devenez responsable du "bonheur en entreprise"

Par Zineb Ibnouzahir le 08/11/2018 à 17h15

La fonction de "Chief happiness officer" est née aux Etats-Unis dans la Silicon Valley, et rencontre depuis un succès croissant à travers le monde. Au Maroc, le poste en est à ses balbutiements, mais on aime à croire à un avenir radieux pour cette fonction-clé.

aA

Objectif du responsable du bonheur en entreprise: contribuer à ce que les salariés arrivent au travail avec le sourire... Et le gardent. Et pour cause, il est désormais prouvé qu’un employé heureux est deux fois plus efficace. Grâce à ce nouveau métier, les salariés les plus talentueux durent plus longtemps en entreprise et l’employeur ne s’en porte que mieux.

 

En guise de missions à accomplir, le responsable du bonheur a du pain sur la planche. Il s’agira pour lui de créer une bonne ambiance au travail, d’identifier les problèmes des salariés, de leur trouver des solutions adéquates, d’organiser des rencontres entre collègues en dehors du bureau aux frais de l’entreprise ou encore d'initier des activités de détente en interne… Pour ne citer que quelques-unes de ses nombreuses tâches.

Indice du bonheur: le Maroc 85e sur 156 pays

 

On l’aura compris, pour ce DRH d’un nouveau genre, le facteur humain est au cœur de l’entreprise et de sa stratégie de développement. Une manière de voir les choses qui rompt avec la tradition de l’employé kleenex et de la fameuse phrase "personne n’est irremplaçable" ou encore, au choix, "si vous n’êtes pas content, personne ne vous retient". 

 

Pour être un bon "responsable du bonheur", il vous faudra posséder des qualités de créateur d’évènements mais également un grand sens de l’écoute et de la psychologie, afin de mener à bien vos missions de médiateurs. Bien entendu, bonne humeur à toute épreuve, enthousiasme et grand sens de l’humour sont des indispensables.

Video. Le secret du bonheur selon Hajja Fatma, une Marocaine de 90 ans

 

En France, on évalue le salaire brut mensuel d’un débutant à 3000 euros, une somme d’autant plus rondelette que ce nouveau métier ne dispose pas encore de formation attitrée. Toutefois, une précédente expérience dans la communication, l’évènementiel ou les ressources humaines est un plus.

 

Un poste que l’on retrouve de plus en plus souvent dans des starts-up ou des sociétés numériques qui osent le changement et considèrent l’innovation comme un atout.

 

Au Maroc, on compte déjà les premiers recrutements à ce poste, au sein du centre d’appel B2S et Comdata Group...