Une première "Fashion Week" en Arabie saoudite, mais... | www.le360.ma

ع
Fashion week; mode; Islam; Arabie saoudite
© Copyright : DR

Une première "Fashion Week" en Arabie saoudite, mais...

Par Le360 (AFP) le 11/04/2018 à 09h11 (mise à jour le 11/04/2018 à 16h33)

L'Arabie saoudite, où le prince héritier "MBS" a entrepris de profondes réformes sociales, a accueilli mardi sa toute première "Semaine de la Mode", avec des défilés organisés devant un public exclusivement féminin.

aA

Jusqu'à présent, la "Fashion week" arabe, considérée comme un événement international au même titre que les défilés parisiens ou milanais, n'avait lieu qu'à Dubai, la capitale de la mode dans la région du Golfe. Elle se décline désormais aussi à Riyad, dans une version toutefois interdite aux photographes. Et réservée à un public féminin.

 

De grands noms européens, comme Jean Paul Gaultier et Roberto Cavalli, y côtoient des créatrices locales, comme la Saoudienne Arwa Al Banawi, très appréciée des amatrices de mode dans la région, et qui présente une collection intitulée "The Suitable Woman" ("la femme convenable"). Ou encore Mashael Alrajhi, dont les vêtements s'affranchissent des différences de genre. "Il y a toujours eu en Arabie un intérêt pour la mode", explique à l'AFP la princesse Noura Bint Faisal Al-Saud, présidente honoraire de l'événement, organisé au Ritz-Carlton de Riyad en présence de nombreux créateurs, décideurs et responsables de l'industrie de la mode. "Notre conseil de la mode essaye d'amener l'industrie de la mode en Arabie saoudite à un niveau inédit", ajoute la princesse.

Arabie saoudite: espionner le téléphone de son conjoint va coûter (très) cher

 

Une seconde édition de l'événement est d'ores et déjà prévue dans le royaume saoudien, en octobre prochain. Parallèlement, Dubai accueillerait du 9 au 12 mai ses propres défilés. Le prince héritier Mohammed ben Salmane a entrepris depuis l'an dernier de profondes réformes sociétales dans le royaume ultra-conservateur.

 

Les femmes ont obtenu l'autorisation de conduire à partir de juin 2018. Des Saoudiennes ont célébré la fête nationale mêlées aux hommes et elles ont pu assister à des matches de football. Et en février, un haut dignitaire religieux saoudien a estimé que les Saoudiennes ne devraient pas être contraintes de porter en public l'abaya, une robe ample destinée à masquer leurs formes.