The Wall Street Journal met «The progress of Morocco» sous les feux des projecteurs | www.le360.ma

ع
Le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron lors de l'inauguration du TGV Al Boraq, le jeudi 11 novembre à Tanger.

Le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron lors de l'inauguration du TGV Al Boraq, le jeudi 15 novembre à Tanger.

© Copyright : MAP

The Wall Street Journal met «The progress of Morocco» sous les feux des projecteurs

Par Ziad Alami le 02/02/2019 à 17h24 (mise à jour le 02/02/2019 à 17h42)

Sous l’intitulé «Regard sur le Maroc: l’investissement durable sous les feux des projecteurs», le prestigieux quotidien américain met en exergue les avancées réalisées au royaume au cours des dernières décennies, en termes d’investissement et de développement durable.

aA

Les avancées indéniables réalisées sous le règne de Mohammed VI, depuis les années 2000, ont fait l’objet de tout un dossier consacré au royaume par le prestigieux quotidien américain «The Wall Street Journal».

 

«Regard sur le Maroc: l’investissement durable sous les feux des projecteurs» est l’intitulé de ce dossier dédié au royaume par la publication créé à New York par Dow Jones and Company.

 

Parmi les prouesses phares citées par «The Wall Street Journal», les énergies renouvelables et la croissance industrielle, notamment à travers le projet «NOOR», l’un des plus grands complexes solaires au monde, situé dans la région de Ouarzazate, et le Plan d’accélération industrielle 2014-2020 destiné à créer un demi-million d’emplois, à apporter un soutien aux entreprises marocaines et à promouvoir les investissements directs et indirects.

 

Reportage. Le «Moroccan dream» expliqué par Newsweek 

 

Autre exploit mis en relief par la publication américaine, la qualité de l’infrastructure du Maroc, en particulier ses réseaux de transport, de nature à renforcer son potentiel de «passerelle vers l’Afrique».

 

Interrogé à ce sujet par WSJ, le directeur éditorial à Casablanca pour le Cabinet d’intelligence économique et de conseil «Oxford Business Group», Alexis Reynaud, a souligné que la décision de faire du Maroc «une passerelle vers l’Afrique» émane du Roi Mohammed VI, relevant qu’en dépit de la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Algérie, la position géographique idéale du royaume en fait une plateforme logistique entre l’Europe et l’Afrique. 

 

A la faveur de cette percée logistique, cette percée majeure qu'ont connue les ports du royaume. WSJ rappelle à cet égard que les ports du Maroc se classent à la 16ème place au niveau mondial, en matière de connectivité maritime, et à la 28ème en terme d’efficacité des services portuaires, rivalisant ainsi avec les terminaux de l’Espagne et du Portugal.