Une nouvelle loi pour réorganiser la MAP: ce qu'il faut retenir | www.le360.ma

ع
Khalil Hachimi Idrissi

Khalil Hachimi Idrissi, directeur de la MAP

© Copyright : MAP

Une nouvelle loi pour réorganiser la MAP: ce qu'il faut retenir

Par Le360 (avec MAP) le 08/07/2017 à 12h45 (mise à jour le 08/07/2017 à 13h20)

Le projet de loi 02-15 portant sur l'organisation de l'agence MAP, présenté mercredi 5 juillet, devant la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des Représentants, est un texte novateur. Voici pourquoi.

aA

Le projet de loi 02-15, traduit les ambitions et la vision stratégique de l’Etat pour l’Agence de presse nationale en se dotant d’un outil permettant de conquérir et de consolider la souveraineté médiatique nationale face à la déferlante étrangère et d’accompagner les efforts de développement du pays.

 

Cette nouvelle loi a pour objectif de permettre à la MAP de disposer d’un cadre juridique moderne en adéquation avec les mutations du secteur de la presse dans le monde.

 

Pour le directeur général de l’agence, Khalil Hachimi Idrissi, "cette nouvelle loi est une opportunité pour la MAP de s'aligner sur les bonnes pratiques mondiales. En termes de production, d'évaluation, de modernisation et d'organisation".

 

"Cette loi permettra culturellement et juridiquement de rompre avec une culture télégraphique analogique pour aller résolument vers une culture numérique multisupport", plaide-t-il.

 

"Il est normal que des résistances apparaissent", a estimé Hachimi Idrissi, ajoutant que le changement n'est pas facile. "Il [le projet]dérange des pratiques obsolètes et des situations de confort contreproductives. Mais nous avons bon espoir de saisir cette chance historique pour la MAP et de faire monter tout le monde dans le train de l'avenir et de la modernité", a-t-il dit.

 

Hachimi Idrissi a relevé que "ce projet de loi a suivi toutes les étapes légales et politiques de la concertation et de la discussion. Il est prêt dans sa forme validée et consensuelle depuis le dernier gouvernement. Comme c'est pratiquement la même majorité qui est au gouvernement, la question de son adoption ne se pose pas, malgré quelques anicroches de dernière minute."

 

Etudié et harmonisé par le secrétariat général du gouvernement avant qu’il ne soit adopté par le Conseil de gouvernement le 21 juillet 2016, ce projet distingue les missions menées par la MAP pour le compte de l’Etat dans le cadre de son rôle d’établissement à caractère stratégique et les activités qu'elle exerce en sa qualité d’agence de presse moderne.

 

La MAP est considérée par l’esprit et le prononcé de ce texte comme un outil entre les mains de l’Etat permettant de conquérir et consolider la souveraineté médiatique nationale face à la déferlante étrangère et d’accompagner les efforts de développement du pays.

 

Au niveau du périmètre, le texte de loi permet à la MAP d’effectuer toutes les activités en lien avec la presse et les médias à l’image des grandes agences internationales. La MAP ne peut plus rester cantonnée dans le «texte», elle doit obligatoirement utiliser les mêmes outils que ses concurrents. A noter que la part du texte dans le modèle économique des agences de presse s’amenuise de plus en plus à la faveur de la montée en puissance des nouveaux outils et produits multimédias (photo, vidéo, son, infographie, vidéo).

 

C’est dans cet esprit que la loi autorise la MAP à recourir à tous les métiers de production de l’information répondant à de nouveaux profils de consommateurs et pouvant être véhiculés par les nouveaux supports technologiques.

 

Le nouveau texte permet à la MAP de rester à l’écoute de son environnement et d’évoluer pour s’adapter et renforcer son aura parmi ses confrères.

 

Pour ce qui est des outils, le texte ouvre à la MAP la possibilité de disposer des outils technologiques modernes pour la réalisation de sa mission.

 

Il permet également à l’agence de recourir à des montages financiers (acquisition, location, crédit-bail, échange et usufruit) et juridiques (convention de coopération, groupement d’intérêt économique, création de filiales, prise de participation) en adéquation avec les besoins et le contexte de chaque projet.

 

Au niveau de la gouvernance, la composition du conseil d’administration est harmonisée par rapport à la Constitution de 2011. Le conseil est présidé par le chef du gouvernement et les membres représentant l’Etat sont désignés par décret.

 

Les représentants du personnel siègent avec voix délibérative au conseil d’administration, consacrant ainsi une gestion participative et inclusive de toutes les catégories de personnel dans les grandes orientations de l'agence.

 

Le projet de loi confirme et pérennise les instances de gouvernance, déjà en place pour améliorer les méthodes de gestion de l’établissement en l’occurrence le comité d’audit, le comité stratégie et veille technologique, le médiateur de l’agence, le conseil de la rédaction et le conseil paritaire de gestion.

 

Cette souplesse évite à la MAP toute lourdeur bureaucratique liée au principe de spécialisation des établissements publics. La vitesse de changement de l’environnement des agences de presse et l’ambition de l’Etat de faire de la MAP une agence leader sur le plan continental et influente sur le plan international nécessitent que la loi régissant la MAP soit proactive et innovante au niveau des outils mis à la disposition d’un établissement à caractère stratégique.

 

Il est à rappeler que la MAP a mené en 2012, une étude stratégique qui a conclu à l’obligation pour l’agence de presse nationale d’évoluer afin d’intégrer les nouveaux produits et les métiers de production de l’information dans son périmètre d’une part et de mettre une place une nouvelle organisation adaptée à ses nouvelles prérogatives d’autre part.

Vos réactions