Meurtre de Khashoggi: les journalistes tunisiens décochent des flèches contre MBS | www.le360.ma

ع
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

© Copyright : AFP

Meurtre de Khashoggi: les journalistes tunisiens décochent des flèches contre MBS

Par Khalid Mesfioui le 24/11/2018 à 11h37 (mise à jour le 24/11/2018 à 11h48)

Annoncée pour le 27 novembre, dans le cadre d'une tournée dans des pays arabes, la visite du prince héritier saoudien en Tunisie n'est pas vue d'un bon oeil par les journalistes tunisiens qui l'ont fait savoir sur un ton acerbe.

aA

Les journalistes tunisiens sont montés au créneau. Ils s'opposent fermement à la visite dans leur pays du prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed ben Salmane. La corporation les représentant, le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), vient de saisir le président de la République Béji Caîd Essebsi, en lui adressant une lettre ouverte en ce sens.

 

«Mohamed ben Salmane est un véritable danger pour la paix et la sécurité dans le monde. Il est l’ennemi de la liberté d’expression», tonne le SNJT dans sa missive, qualifiant cette visite de «provocante» et constituant une «violation criante des principes de la Révolution de 2011». 

 

MBS entame une tournée à l'étranger, le Maroc ne serait pas concerné 

 

Le syndicat dont la lettre est signée par son secrétaire général, Soukeina Abdessamad, fait part de sa suprise quant à la visite de MBS intervenant un mois après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dans lequel le prince héritier saoudien est impliqué selon la CIA.

 

La conseiller auprès de la présidence de la République, Noureddine Ben Ticha adopte un autre son de cloche. "Le prince héritier saoudien, Mohamed ben Salmane, est le bienvenu en Tunisie, à l’instar des autres dirigeants arabes", a-t-il déclaré à l’agence TAP, ajoutant que "le président de la République a, depuis son accession à la magistrature suprême, œuvré à la consolidation des relations bilatérales avec les pays frères et amis". 

 

Le soft power saoudien mis à mal par l'affaire Khashoggi 

 

MBS effectue depuis jeudi dernier une visite dans "des pays arabes frères", sur instructions du roi Salmane Ben Abdelaziz al-Saoud, selon un communiqué du Cabinet royal diffusé le jour même. Le Maroc ne serait pas concerné par la tournée de MBS.