Yémen: les loyalistes ont repris aux rebelles une ville clé | www.le360.ma

ع
mokha yemen

Patrouille des forces gouvernementales yéménites près du port de Mokha, ville stratégique sur la mer Rouge, le 20 janvier 2017

© Copyright : Le360 : Adil Gadrouz

Yémen: les loyalistes ont repris aux rebelles une ville clé

Par Le360 (AFP) le 10/02/2017 à 11h34

Les forces gouvernementales ont repris le contrôle total de la ville portuaire de Mokha, dans le sud-ouest du Yémen, après des semaines de combats contre les rebelles houthis, a affirmé vendredi un porte-parole militaire.

aA

Les troupes loyalistes sont entrées dans le port où elles procèdent à des opérations de ratissage, a constaté un correspondant de l'AFP qui accompagne les militaires dans leur offensive.

 

"Nous en avons fini avec la bataille de Mokha", a assuré le porte-parole militaire Mohammed al-Naqib, ajoutant que les rebelles avaient été forcés de fuir la ville.

 

Des opérations de déminage sont en cours pour permettre aux blindés et aux chars de se déployer autour du port et de préparer la progression des troupes vers le centre-ville, toujours selon ce journaliste.

 

 

Le chef d'état-major adjoint de l'armée, le général Ahmed al-Yafeï, cité par l'agence gouvernementale Saba, a assuré que ses troupes avaient "libéré totalement Mokha après de violents combats" avec les rebelles. 

 

Mais des sources militaires sur place, contactées par l'AFP depuis Dubaï, ont indiqué que les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi avaient, en plus du port, pénétré dans la périphérie sud de Mokha et que des combats se poursuivent avec d'intenses raids aériens de la coalition arabe sous commandement saoudien. 

 

Selon le gouvernement de Abd Rabbo Mansour Hadi, le port de Mokha était utilisé par les rebelles, soutenus par l'Iran, pour se procurer clandestinement des armes, malgré un blocus maritime et aérien mis en place par la coalition arabe sur les territoires occupés par les Houthis. 

 

Mokha est aux mains des rebelles et de leurs alliés, les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, depuis près de deux ans.

Vos réactions