La culture du bonheur | www.le360.ma

Blog 360

العربية

La culture du bonheur

Par El Arbi El Harti le 12/11/2015 à 12h00 (mise à jour le 12/11/2015 à 12h01) © Copyright : DR
L’humanité a fait du bonheur la base de sa quête essentielle. Le bonheur(et le malheur aussi) d´une société est intimement lié aux conditions de vie. Mais il existe un ressort extraordinaire de transformation des expériences en bien-être : la culture.

Vivre bien, en ces deux mots, tient probablement de la quête la plus importante des sociétés modernes. Les voies d’accès au bonheur, d´ailleurs infiniment complexes,   dépendent de facteurs spatiotemporels. Ce qui est considéré comme bonheur pour les uns ne l’est pas forcément pour les autres. Ce qui nous rend heureux aujourd´hui, pourra nous faire pleurer demain.

 

 

Le bonheur est une aspiration naturellement humaine, trouvant dans la culture un moyen d´expression et un catalyseur. La culture est bien sûr reconnue ici comme notre façon de vivre : nos valeurs, nos croyances, nos coutumes, nos langues et nos traditions. Elle émane de notre histoire, notre patrimoine et notre façon d’exprimer les idées et d’activer les leviers de la créativité.

 

 

La culture acquiert sa légitimité quand elle se laisse  interpréter par la singularité d’une intelligence et d’un regard individuel (et/ou collectif) qui assume son espace-temps. Son «ici» et «maintenant».  Ce regard, enraciné dans l’universel, doit cautionner aussi l´approche exercée par une société pour atteindre ce bonheur, sachant qu’il est toujours en devenir, mais nécessaire pour signaler le conflit, pas sa résolution.

 

 

La culture est traversée par des conflits dialectiques multiples. Elle est insatisfaite de par sa propre nature. Sa créativité se base sur une perfection inatteignable. Le bonheur est un objectif inaccessible. La culture véhicule des outils permettant de le découvrir. Et, partant, d’aider, fut-ce en s’illusionnant, de l’avoir à portée de main.

 

 

La vie et la culture se heurtent continuellement. La vie a partie liée avec épanouissement passionnel. La culture a pour objectif de l’expliquer. La  vie continue son chemin, avec ou sans les éléments que nous considérons fondamentaux pour le bien-être. La culture aussi suit son cours. Elle ne donne pas du bonheur. Elle aide à le chercher. La culture se transforme en passeur optimal entre “moi“ et “toi“, entre “je“ et l’autre.

 

 

L’individu lutte en permanence pour préserver sa liberté et son indépendance. La culture l’aide à les atteindre. Elle ne lui donne pas le bonheur immédiat. Elle agit avec force pour qu´il ne sombre pas dans la tristesse. L´individu cultivé et/ ou la société cultivée sont plus libres, plus autonomes, mieux immunisés. Leur objectif ultime est la connaissance d’eux-mêmes,  pour mieux se protéger des monstres qui nous habitent. La part la plus humaine en nous a pour nom la culture. La promouvoir, c’est déjà être sur le chemin du bonheur.

 

 

Les contenus liés

Vos réactions

← Retour