Maroc-Chine: tout ce que vous devez savoir sur la Cité Mohammed VI Tanger-Tech | www.le360.ma

ع
Maquette ville nouvelle Tanger Haite
© Copyright : MAP

Maroc-Chine: tout ce que vous devez savoir sur la Cité Mohammed VI Tanger-Tech

Par Le360 (avec MAP) le 20/03/2017 à 18h53 (mise à jour le 21/03/2017 à 11h22)

Le projet de création de la nouvelle ville "Cité Mohammed VI Tanger-Tech", dont le roi Mohammed VI, a présidé lundi 20 mars au Palais Marchane à Tanger, la cérémonie de présentation, est une concrétisation du partenariat stratégique qui lie le Maroc et la Chine. Les détails de ce gigantesque projet.

aA

"Cité Mohammed VI Tanger-Tech" concrétise le partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine. Cette cité nouvelle génération, dont le mémorandum d’entente a été signé le 12 mai 2016, entre le ministère de l’Industrie, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le groupe industriel chinois Haite, sera érigée à Tanger, la ville portuaire historique du Maroc, se trouvant à un carrefour stratégique du commerce mondial.

 

Intégrant l’industrie à l’urbanisme, à l’intermodalité des transports maritime, autoroutier et ferroviaire et à l’environnement, ce projet phare sera réalisé en trois phases et portera sur une superficie globale de 2.000 hectares.

 

La première phase (500 hectares) consiste en l’aménagement d’un espace résidentiel intelligent et d’une zone de service intégrée abritant dix secteurs d’activité (aéronautique, automobile, e-commerce, télécommunication, énergies renouvelables, transport, électroménager, industrie pharmaceutique, production de matériaux, agroalimentaire).

 

Avec l’expérience internationale avancée de Haite Group dans le domaine de l’industrie aéronautique, Tanger se transformera en un centre de production et de formation pour les métiers de l’aéronautique.

 

De même pour le secteur de l’automobile, l’expérience réussie de Tanger dans ce domaine et la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée alliée à une technologie et au savoir-faire chinois dans les matériaux auxiliaires bénéficieront, sans nul doute, à l’industrie automobile mondiale.

 

Le développement du e-commerce et des télécommunications permettra au royaume de s’appuyer sur l’expertise chinoise pour faire du Maroc une plateforme très prometteuse du e-commerce et de production du matériel de télécommunication.

 

La première phase cette nouvelle ville à Tanger abritera également une zone industrielle dédiée aux équipements pour les énergies renouvelables, à la production des équipements hydro-électriques, thermiques, éoliens, solaires, organiques, et au matériel pour les réseaux électriques, et une zone d’industrielle pour les équipements de transport qui répondra au besoin croissant en infrastructures routières et ferroviaires de l’ensemble du continent africain.

 

Elle comprendra aussi des zones de production d’électroménager et de quincaillerie, de fabrication d’équipements pharmaceutiques, d’industrie agroalimentaire et de production de matériaux (acier, ciment, verre, textile).

 

Ces différentes zones, qui concilieront productivité chinoise et sensibilité marocaine à l’environnement pour le développement d’une industrie propre et compétitive, devront bénéficier du statut du Maroc en tant que membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et des multiples accords de libre-échange signés par le royaume.

 

La deuxième phase consiste, pour sa part, en l’aménagement sur 500 hectares d’une zone franche logistique comportant plusieurs projets et ouverte sur l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

 

La 3e phase porte sur 1.000 hectares et prévoit le développement d’une zone d’affaires qui favorisera l’installation de grandes entreprises multinationales.

 

La future "Cité Mohammed VI Tanger-Tech" pourra accueillir environ 300.000 personnes. Elle générera un chiffre d’affaire annuel pouvant atteindre 15 milliards de dollars et des recettes fiscales de 300 millions de dollars.

 

Le développement de cette cité favorisera l’emploi de 100.000 personnes, ce qui améliorera considérablement le taux d’activité.

 

De même, 6.000 personnes hautement qualifiées seront formées annuellement, ce qui renforcera le développement des innovations technologiques.

 

Tout cela contribuera sensiblement au développement de l’industrie nationale, et de l’exportation de la science et de l’énergie. Avec l’ensemble de ces avantages, à savoir les ressources naturelles, l’emplacement géographique, le transport et les ressources humaines, la nouvelle cité attirera plusieurs opérateurs privés internationaux pour investir et entreprendre des activités au Maroc.

 

La cité sera leur locomotive de développement vers l’Europe et l’Afrique.

Vos réactions