Benkirane gardera son siège au Parlement | www.le360.ma

Politique

العربية

Benkirane gardera son siège au Parlement

Par Zineb El Ouilani le 20/03/2017 à 23h03 (mise à jour le 21/03/2017 à 01h47) © Copyright : DR
Kiosque360. Abdelilah Benkirane gardera son siège au Parlement. Driss Dahhak, secrétaire général du gouvernement, et Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, auraient «omis» de signaler que le chef de gouvernement sortant se trouvait dans une situation de cumul interdit par la loi.

Les fans de l’humour et des sorties imprévisibles de Abdelilah Benkirane n’auront pas à regretter longtemps le départ du chef du gouvernement sortant et désormais ex-chef de gouvernement désigné.

A en croire Assabah, dans son édition de ce mardi 21 mars, Abdelilah Benkirane continuera d'assurer le show en tant que député pour la circonscription de Salé, bien qu'il ait cumulé les fonctions de chef de gouvernement et d’élu parlementaire juste après le scrutin du 7 octobre 2016. En effet, la situation illégale du SG du PJD n’a pas été signalée.

 

Assabah se demande d'ailleurs si cet «oubli» est l’œuvre du Secrétaire général du gouvernement, Driss Dahhak, qui généralement fait pourtant très attention à ce genre de choses, ou du président socialiste de la Chambre des représentants, Habib El Malki, tenu de signaler tout cas de cumul du genre à la Cour constitutionnelle.

 

Assabah rappelle, à ce propos, que douze ministres ont été démis de leurs fonctions au lendemain des élections du 7 octobre 2016, après avoir été élus au Parlement. Parmi les ministres débarqués, la plupart sont des PJDistes comme Mustapha El Khalfi, Driss Azami Idrissi, Mohamed Najib Boulif, Lahcen Daoudi ou encore Abdelaziz Amara et Abdelaziz El Omari.

 

Assabah va encore plus loin en affirmant que des dirigeants PJDistes ont insisté pour que Abdelilah Benkirane remplace Saâd-Eddine El Othmani à la présidence du groupe parlementaire, ce que le SG du PJD ne semble pas près d'accepter.

De ce fait, El Othmani étant étant lui-même en situation de cumul depuis qu'il a été désigné chef de gouvernement, il faudra choisir un nouveau président. Mission qui pourrait revenir à Aziz Rebbah, Lahcen Daoudi ou Abdelkader Amara, au cas où ils ne rempileraient pas au prochain Exécutif.

Les contenus liés

Vos réactions

← Retour