Abus de pouvoir: un conseiller au cabinet de Rabbah poursuivi pour corruption | www.le360.ma

ع
Aziz Rabbah
© Copyright : DR

Abus de pouvoir: un conseiller au cabinet de Rabbah poursuivi pour corruption

Par Ahmed Adoua le 26/01/2016 à 22h49 (mise à jour le 27/01/2016 à 01h25)

Kiosque360. Le conseiller au cabinet aurait fait miroiter à un investisseur italien des carrières de sables en échange d’un pot-de-vin de 800.000 dirhams. Mais il n’a pas tenu sa promesse et l’homme d’affaires a saisi la justice.

aA

Le département de Aziz Rabbah est secoué par un scandale de corruption. Un investisseur italien vient ainsi de déposer auprès du procureur du roi, à Rabat, une plainte accusant un conseiller du ministre de l’Equipement et du Transport d’escroquerie et abus de pouvoir. Selon Assabah, dans son édition du 27 janvier, le conseiller au département de Rabbah aurait fait miroiter à l’homme d’affaires des carrières de sable en échange de 800.000 dirhams. Mais, en dépit de ses manœuvres, il n’a pu tenir sa promesse et la victime a saisi la justice pour faire valoir son droit.

 

Actuellement, le dossier est entre les mains de la police judicaire de Kénitra qui a été chargée d’approfondir l’enquête dans cette affaire. Le ministre PJDiste, quant à lui, n’a pas attendu la décision de la justice et a remercié illico presto l’accusé.

Selon le journal, le mis en cause avait pris toutes les précautions pour ne pas laisser de traces. Ainsi, il avait demandé à l’investisseur de lui acheter un appartement et de remettre le chèque directement au notaire. Une fois la transaction conclue, l’accusé a transmis la propriété du bien immobilier à ses enfants sous forme de don. Mais cela n'a pas suffi à brouiller les pistes. L’homme d’affaires italien détient en effet copie du chèque remis au notaire. Le procureur général a donc donné ses instructions aux enquêteurs pour creuser dans ce sens.

 

Selon le quotidien, les premiers éléments de l’enquête confirment l’implication du conseiller de Rabbah. Le dossier sera transmis à la chambre des crimes financiers, à Rabat, avec des chefs d’accusation très lourds: abus de pouvoir, corruption et escroquerie.