Attentat de Barcelone: quand Driss Oukabir appelait à prendre les armes… à Al Hoceima | www.le360.ma

ع
Driss Oukabir

Driss Oukabir, présumé responsable de l'attaque à Barcelone.

© Copyright : Dr

Attentat de Barcelone: quand Driss Oukabir appelait à prendre les armes… à Al Hoceima

Par Youssef Bellarbi le 18/08/2017 à 11h47 (mise à jour le 18/08/2017 à 12h00)

Un des principaux suspects dans l’attentat survenu hier jeudi 17 août à Barcelone, Driss Oukabir, est aussi un radical qui a appelé la population d’Al Hoceima à prendre les armes contre les autorités.

aA

C’est un véritable appel à la guerre civile au Maroc. Et c’est Driss Oukabir, un des principaux suspects dans l’attentat sur les Ramblas de Barcelone (13 morts et près de 100 blessés) qui en est l’auteur. Si sa culpabilité dans cette dernière affaire reste à prouver et que les soupçons se portent désormais sur son frère Moussa (18 ans), Driss Oukabir n’en est pas moins un radical qui a appelé aux armes durant les événements d’Al Hoceima.

Lire aussi: Driss Oukabir formellement identifié comme auteur de l'attentat de Barcelone 

 

Sur son compte Facebook, supprimé depuis, mais dont des traces sont toujours en ligne, il s'est montré on ne peut plus clair. Dans un post daté du 9 août, il affirme que «la lutte pacifique est finie». «Il est temps de porter les armes», écrit-il. Driss Oukabir propose même d’en procurer à ceux qui le souhaiteraient. «Tous ceux qui souhaitent avoir des armes n’ont qu’à répondre à un certain nombre de questions, en rifain et en messages privés, et nous fixerons la date de livraison», précise Oukabir.

oukabir
© Copyright : DR

 

Remonter dans sa timeline sur Facebook, c’est comprendre son niveau de radicalisme. Souverains du Golfe, famille royale, société marocaine (qu’il oppose aux Rifains): Driss Oukabir, né en 1986 et résident légal en Espagne, «tire» sur tout ce qui bouge. En dehors de son implication dans les tristes attentats de Barcelone, son incitation à la haine et à la guerre est, en soi, grave. Et elle relève du pénal.

Vos réactions