Déclaration de patrimoine: ces ministres qui manquent à l’appel | www.le360.ma

ع
Déclaration de patrimoine
© Copyright : DR

Déclaration de patrimoine: ces ministres qui manquent à l’appel

Par Fayza Senhaji le 28/08/2018 à 22h49

Kiosque360. Le rapport 2016-2017 de la Cour des comptes s'intéresse non seulement à la gouvernance et à la situation de certains établissements publics, mais également aux déclarations de patrimoine de certains ministres.

aA

En plus des dysfonctionnements ou, du moins, des problématiques que vivent certains établissements publics audités, le dernier rapport de la Cour des comptes au titre des exercices 2016 et 2017 a également pointé du doigt le manque de transparence de certains responsables étatiques, notamment au niveau des déclarations de patrimoine.

 

Dans son numéro du mercredi 29 août, Al Akhbar indique ainsi que pas moins de dix ministres ayant servi au sein du gouvernement Benkirane II, 93 députés et 13 Conseillers ont omis de déposer leurs déclarations de patrimoine après la fin de leur mandat. Le rapport de la Cour des comptes, rapporte la même source, souligne que les élections de 2016 ont débouché sur la mise en place, en avril 2017, d’un nouveau gouvernement présidé par Saâd-Eddine El Othmani. Tous les membres du gouvernement sortant ont alors dû soumettre leurs déclarations de fin de mandat. Si la plupart des concernés ont accompli leur devoir, 10 ministres sortants se sont abstenus. Le quotidien ajoute que les ministres reconduits dans le nouveau gouvernement ont bien déposé les déclarations auxquelles ils sont soumis à l’occasion de leur prise de fonction.

 

Par ailleurs, relève la publication, la Cour des comptes affirme, dans son rapport, qu'elle a saisi le secrétariat général du gouvernement à propos de certains responsables, notamment des chefs de cabinets ministériels, qui ne se sont pas soumis à la déclaration de patrimoine.

 

Pour ce qui est des parlementaires, Al Akhbar rapporte que quelque 417 députés élus lors des législatives d’octobre 2016, y compris ceux remplacés après l’annulation de leur élection, ont rempli cette déclaration. En revanche, les députés sortants à cette échéance électorale n’ont été que 168 à se soumettre à cette obligation. 93 manquent encore à l’appel.