Des walis et gouverneurs reconduits pour un quatrième mandat | www.le360.ma

ع
Abdelouafi Laftit

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur.

© Copyright : Dr

Des walis et gouverneurs reconduits pour un quatrième mandat

Par Samir Hilmi le 09/07/2018 à 21h51

Kiosque360. Le ministère de l’Intérieur, qui s’apprête à renouveler les mandats de walis et gouverneurs qui en ont déjà effectué plus de trois, se trouve dans une impasse.

aA

Le cercle proche du ministère de l’Intérieur s'affaire, depuis quelque temps, à trouver une solution pour reconduire les walis et gouverneurs ayant passé l’âge légal de la retraite, après avoir effectué trois mandats successifs. Faute de relève apte à permettre un nouveau modèle de développement, les responsables de ce département essayent de trouver une sortie légale pour proroger le mandat des anciens, pour la quatrième fois.

 

Assabah rapporte ainsi, dans son édition du 10 juillet, que plusieurs walis et gouverneurs ont passé plus d’une quinzaine d’années à leur poste. Il cite notamment le cas de Mohamed Derdori, wali de la province de Beni Mellal-Khenifra, qui figure dans la liste des agents d’autorité appelés à rempiler pour un quatrième mandat. Il en est de même de Mohamed Sabri, wali par intérim de Marrakech-Safi et gouverneur de Kelâa des Sraghna, que l’on dit proche de la direction centrale et qui aspire à garder son poste.

 

Le gouverneur de la province de Taourirt, Larbi Touijer, est déjà sûr de rempiler, bien qu’il ait dépassé l’âge légal de la retraite. Or, ce gouverneur, qui a grimpé toutes les échelles au  niveau des agents d’autorité, avait failli être évincé lorsqu'il était secrétaire général de la préfecture de Beni Mellal, quand l’USFP s’en est plaint auprès de l’ex-ministre de l’Intérieur Mustapha Sahel.

 

Une source avisée de l’administration centrale affirme que le wali de la région Rabat-Salé-Kenitra, Mohamed Mhidia, qui était pressenti pour le poste de ministre de l’Intérieur à côté d’Abdelouafi Laftit, aurait reçu des assurances de garder son poste de la part de grands responsables de l’administration centrale. Ces derniers se seraient appuyés sur des rapports louant son travail, notamment les missions qu’il effectue en dehors de son bureau, dont celle qui l’a poussé à arrêter le chantier de construction d’une infrastructure sportive qui ne répondait pas aux conditions légales. Le gouverneur de Midelt, Othmane Souali, a déjà reçu le feu vert pour la prorogation de son mandat de gouverneur et aspire à devenir wali lors du prochain mouvement, tout comme le gouverneur de Nador.

 

Il a fallu beaucoup de débats, parfois très animés, au sein du cercle proche du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, pour finaliser la liste des gouverneurs et walis susceptibles d’être maintenus à leur poste. Selon des sources proches, le ministre aurait proposé la promotion de plusieurs gouverneurs au grade de wali au sein de la direction centrale. Il s’agit notamment de Hamza Belakbir, chargé du budget de la direction générale des collectivités locales, d'Abdelmadjid El Hankari de la direction des Affaires rurales et d’Abdelaziz Dadès, chargé de mission au cabinet du ministre de l’Intérieur.

 

Ce vaste mouvement de nominations et de mutations serait imminent, après un retard où les postes vacants ont été provisoirement gérés par des secrétaires généraux.