Diplomatie: Charki Draiss ambassadeur du Maroc à Nouakchott? | www.le360.ma

ع
Charki Draiss

Charki Draiss, ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur.

© Copyright : DR

Diplomatie: Charki Draiss ambassadeur du Maroc à Nouakchott?

Par Mohamed Younsi le 19/04/2017 à 20h36

Kiosque360. L’ancien ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Charki Draiss, pourrait être nommé ambassadeur du Maroc à Nouakchott. Draiss succéderait ainsi à Abderrahmane Benomar, qui a occupé ce poste durant quinze ans, jusqu’à son décès le 21 décembre 2016.

aA

L’ancien ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Charki Draiss, n’a pas été reconduit au sein du gouvernement El Othmani. Mais l'heure de la retraite, pour lui, n'a pas encore sonné pour autant. 

En effet, l’ancien numéro deux de l’Intérieur serait pressenti pour occuper le poste d’ambassadeur du Maroc à Nouakchott, poste qui revêt une importance primordiale dans le cadre des relations entre le Maroc et la République islamique de Mauritanie puisqu'il demeure vacant depuis le 21 décembre 2016, date du décès de Abderrahmane Benomar. Ce dernier avait occupé ce poste durant plus de quinze ans et avait su tisser de solides relations d’amitié avec la Mauritanie.

 

Dans son édition de ce jeudi 20 avril, le quotidien Akhbar Al Yaoum affirme ainsi que Charki Draiss, qui ne s’attendait d'ailleurs pas à quitter le navire gouvernemental, mettra le cap sur Nouakchott où il succédera à Benomar, qui fut l’un des grands spécialistes du système politique mauritanien.

 

Charki Draiss, né en 1955, a occupé plusieurs postes au sein de l’administration territoriale, avant d’être nommé par le roi directeur général de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

En 2012, il a été nommé ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Benkirane.

 

Rappelons que les relations entre le Maroc et la Mauritanie ont traversé des zones de turbulences, ces dernières années. Mais, depuis le dernier entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et le président mauritanien, Mohamed Ouled Abdelaziz, le ton est redevenu cordial entre Rabat et Nouakchott.