Fonction publique: Laftit traque les fantômes | www.le360.ma

ع
Abdelouafi Laftit

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur.

© Copyright : Dr

Fonction publique: Laftit traque les fantômes

Par Fayza Senhaji le 12/09/2017 à 21h35 (mise à jour le 12/09/2017 à 21h53)

Kiosque360. Le ministère de l’Intérieur prend des mesures pour redorer le blason du fonctionnaire, vu comme fainéant et passif. Pour ce faire, Abdelouafi Laftit a décidé de traquer les fonctionnaires fantômes.

aA

Abdelaoufi Laftit, ministre de l’Intérieur, a donné ses instructions pour accélérer la lutte contre le fléau des fonctionnaires fantômes. Le quotidien Assabah avance, dans son édition du mercredi 13 septembre, que Laftit essaie de répondre au discours prononcé par le roi, à l’occasion de la Fête du Trône, dans lequel le souverain a dressé un tableau noir de la fonction publique. Des sources citées par Assabah rapportent, d'ailleurs, la création d’une commission dédiée à la surveillance et au suivi de tous les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur.

 

Sa mission est de s'assurer que les employés du ministère respectent les horaires et accomplissent leur travail. Des instructions ont de même été données à la direction des affaires administratives du ministère de l’Intérieur pour revoir la stratégie de gestion des ressources humaines, de sorte que les promotions ne soient plus juste une question d’ancienneté, mais aussi de compétence. 

 

L'objectif est à la fois d’améliorer et de rationaliser la gestion des ressources humaines. Il s'agit, de même, de contribuer aux efforts de modernisation de l’Administration. D'ailleurs, le ministère envisage d’ouvrir les candidatures pour des postes de responsabilité vacants au niveau de l’Administration centrale. Assabah avance également que le département de Laftit a procédé à la régularisation de 319 dossiers de personnes ayant accédé à des postes de responsabilité au sein du ministère de l’Intérieur.

 

Le quotidien ajoute que les mesures prises par Laftit pour combattre les fonctionnaires fantômes ont commencé à porter leurs fruits, le nombre de certificats médicaux présentés par les fonctionnaires pour justifier leur absence ayant régressé. 

Vos réactions