Gouvernance: les dépenses de Casablanca sous la loupe de la Cour des comptes | www.le360.ma

ع
Cour des comptes
© Copyright : DR

Gouvernance: les dépenses de Casablanca sous la loupe de la Cour des comptes

Par Moncef El Fassi le 29/01/2018 à 19h59

Kiosque360. Les ordonnateurs de dépenses à la mairie de Casablanca et ses 16 arrondissements s'apprêtent à soumettre leurs comptes de 2017 à des commissions d'audit. Sont concernés, en premier lieu, les projets d'animation et de proximité.

aA

Des commissions d'audit s'apprêtent à éplucher, pour l'exercice 2017, les dépenses de la mairie de Casablanca et des 16 arrondissements que compte la Métropole, rapporte Assabah dans son édition de ce mardi 30 janvier. Ces dépenses ont déjà fait l'objet d'audits de la part de l'Inspection générale de l'Administration territoriale (IGAT relevant de l'Intérieur) et de l'Inspection générale des Finances (IGF), affirme le quotidien.

 

Selon Assabah, ces audits devraient essentiellement porter sur le sort réservé aux subventions accordées par la mairie aux 16 arrondissements pour appuyer les projets de proximité et d'animation locale. Mais il ne s'agit pas que d'une opération comptable, précise le journal, puisqu'il s'agit aussi de voir si les projets programmés ont répondu aux attentes et aspirations des habitants.

 

Depuis 2016, affirme la publication, les subventions dédiées aux arrondissements ont été de l'ordre de près de 400 millions de dirhams. Sauf que les ordonnateurs de dépenses, soit les présidents des arrondissements, n'ont pas utilisé lesdites subventions aux fins auxquelles elles étaient destinées et ont, pour certains, pris l'initiative de les reverser à d'autres rubriques.

 

Cela avait amené la mairie à réduire de 10% le montant des subventions au profit du budget de fonctionnement et de gestion, qui a sensiblement augmenté.

 

Lors des deux dernières années, les arrondissements de Casablanca ont programmé plusieurs projets d'animation locale englobant les volets culturel, environnemental et sportif. Sauf que certains présidents ont préféré ne pas aller au bout desdits projets de peur d'être accusés de mener des campagnes électorales avant terme.