Gouvernement: des ministres bientôt invités à présenter leur démission? | www.le360.ma

ع
roi Mohammed VI
© Copyright : Dr

Gouvernement: des ministres bientôt invités à présenter leur démission?

Par Amyne Asmlal le 06/08/2017 à 22h21

Kiosque360. Suite au discours du Trône, les premières sanctions à l'encontre de ministres, de délégués de ministères, de secrétaires généraux, de responsables d'entreprises publiques et de directeurs de CRI, s'apprêteraient à tomber.

aA

Certains ministres seront invités, incessamment, à présenter leur démission, nous apprend, dans son édition de ce lundi 7 août, le quotidien Assabah qui cite des sources bien informées. Sont particulièrement concernés, affirme le journal, des ministres du PJD et du PPS qui ont validé les projets dans le cadre du programme «Manarat Al Moutawassit», à Al Hoceima. Programme qui, précise le journal, accuse un grand retard.

 

Les ministres ne seront pas seuls à être démis de leurs postes ou poussés à la démission. Sont de même ciblés, en effet, certains secrétaires généraux de ministères, des directeurs centraux, des délégués et des responsables de l’administration décentralisée relevant de certains ministères impliqués dans ces projets. Des directeurs de centres régionaux d’investissements (CRI) et des responsables d'entreprises publiques seront également congédiés. Quant à certains élus de la Région Tanger-Tétouan- Al Hoceima, il leur sera demandé de présenter leur démission dans les jours à venir.

 

En outre, et selon les sources citées par le journal, certains walis et gouverneurs recevront des avertissements pour avoir validé des projets alors que les terrains sur lesquels ils sont censés être réalisés ne sont pas encore totalement libérés. Les responsables de l’administration territoriale, affirme le journal, doivent désormais s’assurer que les procédures d’expropriation arrivent à terme avant de donner le feu vert à la réalisation des projets. C’est que, explique le quotidien, le ministère de l’Intérieur doit supporter annuellement pas moins de 1,6 milliard de DH de dommages et intérêts, suite à des procès qui lui sont intentés en justice par des propriétaires de terrains faisant l’objet de procédures d’expropriation.

 

Les wali et gouverneurs seront également mis en garde contre d’éventuels tiraillements avec des élus, surtout dans des régions qui connaissent de graves déficiences et des signes de précarité et de pauvreté. De même, ces responsables seront incités à faciliter, dorénavant, les procédures et les démarches d’investissement pour les porteurs de projets, qu’ils soient étrangers ou nationaux. 

Vos réactions