Le chef du Hamas palestinien, Khaled Mechaal, attendu au Maroc | www.le360.ma

ع
khalid michaal
© Copyright : DR

Le chef du Hamas palestinien, Khaled Mechaal, attendu au Maroc

Par Mohamed Chakir Alaoui le 23/12/2017 à 17h08 (mise à jour le 23/12/2017 à 18h24)

L'ex-chef du mouvement palestinien du Hamas, Khaled Mechaal, est attendu, mardi prochain, au Maroc à l'invitation du Parti de la justice et du développement (PJD), a appris le360 de sources concordantes.

aA

Un des dirigeants du PJD a confirmé la visite de Khaled Mechaal au Maroc, indiquant que le leader du Hamas sera reçu au siège du PJD pour lui renouveler le "soutien indefectible du Maroc à la cause palestinienne et pour apporter un appui fort à la réconciliation entre les différentes composantes du mouvement de résistance palestinienne, le Hamas et l'Autorité palestinienne".

 

Selon la même source, le secrétaire général du PJD, Saâd-Eddine El Othmani, recevra Khaled Mechaal au siège du parti.
La même source précise qu'il n'est pas exclu qu'Abdelilah Benkirane, ancien secrétaire général du PJD, s'entretiendrait avec le leader du Hamas.

 

Khaled Mechaal est actuellement en Mauritanie où il a assisté à Nouakchott aux travaux d'un congrès du parti islamiste mauritanien. Le PJD était représenté à cette rencontre par Slimane El Omrani, le numéro deux du parti de la Lampe. 

 

Pour rappel, le président du Bureau politique du Mouvement de résistance islamique palestinienne (Hamas), Khaled Mechaal, avait effectué le 15 juillet 2012 une visite à Rabat où il avait appelé les dirigeants arabes à suivre le modèle marocain pour aborder «le Printemps arabe».

 

Dans une allocution à l’ouverture du septième congrès national du Parti de la justice et du développement, Mechaal avait qualifié l’expérience marocaine d’«avant-gardiste», affirmant que cet acte courageux du roi Mohammed VI consolidera la position du royaume. "Je suis très heureux du modèle marocain d'aborder "le Printemps arabe". Les dirigeants arabes doivent suivre le même exemple pour arrêter l’effusion du sang et les conflits", avait-il dit.