Les 24 heures chrono qui ont conduit Lahcen Daoudi à la démission

 | www.le360.ma

ع
Lahcen Daoudi

Lahcen Daoudi.

© Copyright : DR

Les 24 heures chrono qui ont conduit Lahcen Daoudi à la démission



Par Abdelkader El-Aine le 07/06/2018 à 14h29 (mise à jour le 07/06/2018 à 15h14)

Titulaire d’un portefeuille important, membre très influent au sein de son parti, populiste volubile et flingueur patenté, Lahcen Daoudi a, en l'espace de 24 heures, connu une inexorable descente aux enfers. Comment en est-il arrivé là?


aA

Mardi 5 juin 2018 à Rabat. Quelques heures après la rupture du jeûne, près de 3.000 ouvriers de Centrale Danone protestent devant le Parlement contre le boycott de produits de grande consommation et dont l'entreprise est en train de payer le prix fort. Un homme passe par là, il se mêle à la foule criant à tue-tête sa colère.

 

L’homme se faufile parmi la masse, prend place parmi les protestataires, se mue en manifestant et se permet même le luxe de souffler des slogans à scander. Il dira plus tard qu’il était juste de passage, marchant vers l’Hémicycle, qu’il a été interpellé par les employés de Centrale Danone et qu’il a naturellement adhéré, par solidarité, à leur cause.

 

Sa présence parmi les manifestants de Centrale Danone a fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux. Immédiatement, la vidéo a été des milliers de fois partagée. Et les réprobations ont fusé de toutes parts. D’abord, ses camarades au sein du parti qui ont été très virulents. Ses pairs au gouvernement ont été sévères. Les médias l’ont épinglé et sur la Toile, où l’homme a été raillé et moqué, c'est le tollé général. Les images de sa personne aux côtés des manifestants ont fait l’objet de plusieurs détournements. 

 

Vidéo. Daoudi à la manifestation de Centrale Danone: la colère d'El Othmani 

 

L’homme en question est Lahcen Daoudi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement, chargé des Affaires générales et de la gouvernance.

 

Son chef au gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, pourtant très peu porté sur les manifestations publiques de colère, ne manquera pas non plus de lui remonter les bretelles. Jugeant «inopportune» sa présence à la manif anti-boycott, il le lui fait savoir par un coup de fil. On ignore le détail de la conversation entre les deux hommes, mais tout porte à croire que le ton de la discussion n’a pas été tendre.

 

Lahcen Daoudi a dû probablement passer une très mauvaise nuit, regrettant sans doute d’avoir rejoint les manifestants.

 

Mercredi 6 juin en début d’après-midi, le secrétariat général du PJD se fend d’un communiqué qui ne laisse point de place au doute: «réunion exceptionnelle en vue d’étudier la participation de Lahcen Daoudi à la manifestation de Rabat». Un vent de colère souffle sur l’état-major du parti et les coupeurs de tête préparent la sentence finale. 

 

Revue du Web. "Daoudi: dehors les Marocains! Rentrez chez vous! Ici c'est la Laittonie"

 

Sachant sans doute le sort qui lui était réservé et voulant esquiver les coups (dont certains portés au-dessous de la ceinture), Lahcen Daoudi ne répond pas à l’appel et justifie son absence par un «empêchement personnel».



 

Les dés étaient déjà jetés, comme dirait l’autre. Et c’est sans surprise qu’on annonce via un communiqué la «démission» de l’homme qu’il a présentée lui-même. La démission est acceptée par le chef du gouvernement. Au revoir et merci.



 

Ce matin de jeudi, sur le site internet de son parti (pjd.ma), pas moins de trois articles (courts) lui sont réservés, louant son «courage», son «sens des responsabilités», et tout. Les instructions ont été visiblement données pour épargner l’homme alors que l’on tirait à boulets rouges, la veille, sur le ministre. 

 

 

Le secrétariat général du PJD accepte la démission de Lahcen Daoudi de son poste de ministre

 

Lahcen Daoudi participe aujourd'hui au Conseil de gouvernement. On ne sait quel accueil ni quelle sorte d’adieu on lui a réservé. Sûrement pas que des embrassades et des accolades. Même s’il est de mise d’être indulgent et de feindre la compassion envers un ministre que l’on a poussé sur la touche.

 

Ainsi, le parcours de Lahcen Daoudi a-t-il opéré un tournant de 180° degrés. D’aucuns avancent que c’est sa «fin politique». Sa descente vertigineuse aux enfers a pris moins de 24h. Le destin d’un homme a basculé en un jour.