Les détails d’un plan européen pour installer des camps de migrants au Maroc | www.le360.ma

ع
migrants
© Copyright : DR

Les détails d’un plan européen pour installer des camps de migrants au Maroc

Par Samir Hilmi le 13/09/2018 à 22h52

Kiosque360. Plusieurs pays européens ont élaboré un plan pour lutter contre l’immigration clandestine en envisageant la création de «centres de rétention» dans les pays maghrébins. Ces derniers refusent catégoriquement mais l’UE continue de manœuvrer en finançant des ONG locales.

aA

L’Union européenne (UE) avait essayé, il y a quelque mois, d’obtenir l’accord du Maroc pour recevoir des camps de migrants, mais le royaume lui avait opposé une fin de non-recevoir. Des sources bien renseignées révèlent que certains pays européens reviennent aujourd’hui à la charge pour faire accepter ce projet aux responsables de notre pays. Les Européens cherchent à encourager les migrants à s’installer définitivement au Maroc en leur promettant de l’aide qui sera financée par des organisations non gouvernementales locales. Mais malgré le refus des pays maghrébins d’ouvrir ces «plateformes de débarquement», des pays comme la France, l’Espagne et l’Italie continuent à œuvrer et à manœuvrer pour mettre à exécution ce plan.

 

Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du vendredi 14 octobre, que l’UE a établi un programme qui permet aux migrants de renoncer à traverser la Méditerranée. Des organisations humanitaires seront financées pour leur permettre de vivre décemment dans les pays maghrébins. Les mêmes sources indiquent que «les Italiens ont depuis quelque temps commencé à financer des organisations nouvellement créées dans ces pays pour offrir le confort nécessaire aux migrants». La France et l’Espagne ont également entrepris cette action pour encourager les candidats à l’immigration à renoncer à leur projet de rejoindre le vieux continent.

 

L’Italie est considérée comme la plus active dans ce domaine, puisque les chiffres officiels la classent en tête des pays donateurs aux organisations humanitaires. L’apport de l’Italie a triplé depuis trois ans et elle ne devrait pas s’arrêter là si l’on en croit le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Ce dernier a déclaré en août dernier que le gouvernement italien allouerait au minimum un milliard d’euros au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie. Les détails de ce budget seront dévoilés lors d’une tournée que le ministre italien compte effectuer dans ces pays.

 

Le quotidien britannique The Guardian avait révélé qu’un document secret avait fuité des bureaux du Conseil européen, qui dévoilait que l’UE envisageait de créer des centres d’accueil pour migrants et réfugiés dans les pays d’Afrique du Nord. Le Maroc a été sollicité pour accueillir ces «centres de rétention» à partir desquels les demandes d’asile seront étudiées mais le royaume a catégoriquement refusé cette proposition.