Premières images de l'installation du satellite Mohammed VI-B sur sa rampe de lancement | www.le360.ma

ع
Mohammed VI-B

Installation du satellite Mohammed VI-B sur la rampe de lancement, en Guyane française.

© Copyright : DR

Premières images de l'installation du satellite Mohammed VI-B sur sa rampe de lancement

Par M'Hamed Hamrouch le 19/11/2018 à 13h34

Le satellite Mohammed VI-B est en cours d'installation sur sa rampe de lancement, dans la base Kourou, en Guyane française. Le lancement officiel de ce satellite, qui vient compléter le premier Mohammed VI-A, est prévue dans la nuit de mardi à mercredi (20-21 novembre), à partir de 2h42. Détails.

aA

Comme le montrent les images en provenance de la base militaire de Kourou, en Guyane française (Amérique du sud), l'opération d'installation du satellite Mohammed VI-B sur sa rampe de lancement va bon train. Selon le site Arianespace, qui a posté ces images, le lancement de ce satellite, qui vient compléter le premier, Mohammed VI-A, mis sur orbite le 7 novembre 2017 et donc une année plus tôt, est prévue dans la nuit de mardi à mercredi (20-21 novembre), à partir de 2H42 (heure locale).

 

Pour suivre cette opération de lancement, dont la durée globale s’étale sur environ une heure (55 minutes, plus précisément), rendez-vous sur arianespace.com ou sur youtube.com/arianespace le 20 novembre 2018, 20 minutes avant le décollage.

 

Tout savoir sur le nouveau satellite de reconnaissance marocain, «Mohammed VI-B»

 

«Mohammed VI-B», dont le maître-d’oeuvre est Thales Alenia Space, et Airbus en tant que co-responsable, sera complémentaire du premier, «Mohammed VI-A», en ceci qu’ils permettront «une couverture plus rapide des zones d’intérêt».

 

Au-delà de son usage civil, la vocation militaire de Mohammed VI-A n'est plus à démontrer. On s'en souvient: le 4 avril 2018, c'est avec les photos du premier satellite que le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, s'était présenté devant le Secrétaire général des Nations Unies pour dénoncer un mouvement du front séparatiste à Bir Lahlou. Résultat? Fin avril, le Conseil de sécurité a sommé le front polisario de s'abstenir de toute action suscpetible de changer le statut juridique de la zone tampon, lui enjoignant de renoncer à tout transfert de "fonctions administratives" à Bir Lahlou ou encore à Tifariti.

 

Qu'en est-il du deuxième satellite qui est en phase de préparation pour le lancement? D’après Arianespace, «Mohammed VI-B sera principalement utilisé pour les activités de cartographie et d'arpentage, le développement régional, la surveillance agricole, la prévention et la gestion des catastrophes naturelles, la surveillance de l'évolution de l'environnement et de la désertification, ainsi que la surveillance des frontières et des côtes».

 

L'utilité de Mohammed VI-B, comme de Mohammed VI-A, est telle que l'action de plusieurs départements, et pas des moindres (l'Intérieur, les Eaux et forêts, entre autres), deviendra plus aisée et plus efficace. Le principal d'entre eux est le ministère de l'Intérieur qui contrôle, au mètre carré près, l'évolution de l'urbanisme dans nos villes et peut ainsi sévir contre des dépassements tels que la création ou l'extension d'un bidonville. Autre département concerné, le Haut Commissariat aux Eaux et forêts, notamment sur le registre de la prévention des incendies.

 

Avec ce second satellite, le royaume deviendra ainsi le troisième pays du continent africain à être doté de ces technologies, après l’Egypte et l’Afrique du Sud.

 

ST M6-B

Phase de pré-installation du satellite Mohammed VI-B.

© Copyright : DR