Réforme de la retraite des parlementaires: le PJD tourne le dos à la majorité | www.le360.ma

ع
parlement othmani
© Copyright : Le360 : Adil Gadrouz

Réforme de la retraite des parlementaires: le PJD tourne le dos à la majorité

Par Fayza Senhaji le 23/01/2018 à 22h28

Kiosque360. Le PJD a opté pour l’isolement dans le cadre de la crise que vit le régime de retraite des parlementaires. Alors que tous les partis de la majorité ont signé une proposition de loi fixant les conditions de la réforme, le parti de la Lampe a, quant à lui, préféré leur tourner le dos.

aA

L'information risque de créer bien des remous au sein de la majorité. En effet, rapporte Akhbar Al Yaoum dans son édition du mercredi 24 janvier, tous les partis de la majorité tentent de sauver le régime de retraite des parlementaires… à l’exception du PJD.

 

Ainsi, ajoute le quotidien, à l’exception du parti de la Lampe, l’ensemble des autres partis de la majorité, à savoir le RNI, le PPS, le MP, l’UC et l’USFP, ont signé une nouvelle proposition de loi qui prévoit une réforme de la retraite des parlementaires et sera déposée auprès du bureau de la Chambre des Représentants, au cours de cette semaine. Cette initiative intervient, souligne la même source, une semaine seulement après la proposition du parti du chef du gouvernement prévoyant non pas une réforme, mais plutôt une liquidation du régime de retraite qui, pour rappel, fait face à une importante crise depuis plusieurs mois.

 

Selon les sources d’Akhbar Al Yaoum, la nouvelle proposition de loi de la majorité adopterait la vision du président de la première Chambre, Habib El Malki, lui-même dirigeant de l’USFP, qui s'est exprimé, il y a quelques semaines, dans le cadre d’une réunion avec les chefs des groupes parlementaires.

 

Dans le détail, la nouvelle proposition de loi prévoit un alignement de l’âge de la retraite pour les parlementaires sur celui de la fonction publique, à savoir 63 ans. De même, il est question d’une revue à la hausse du montant des cotisations versées par les députés pendant leur mandat. Ce montant, de 500 dirhams, sera porté à 3.400 dirhams par mois.