Renseignement: ce que l'on sait du satellite que lancera l'Algérie | www.le360.ma

ع
satellite
© Copyright : DR

Renseignement: ce que l'on sait du satellite que lancera l'Algérie

Par Khalil Ibrahimi le 14/11/2017 à 13h33

L'Algérie s'apprête à son tour à lancer un satellite. Annoncé comme répondant à des besoins de communications, ce projet mené en collaboration avec la Chine pourrait toutefois être détourné de son objectif initial. Décryptage.

aA

Est-ce une réponse au lancement par le Maroc d’un satellite de renseignement, ou bien juste une coïncidence? En tout cas, l’Algérie s’apprête à lancer à son tour un satellite, et ce en collaboration avec la Chine.

 

Pour l’heure, les informations disponibles présentent l’Alcom Sat 1 comme un satellite de communication. L’objectif principal de son lancement serait d’améliorer l’accès à internet dans le pays, en permettant la couverture des zones enclavées et en permettant à l’Algérie de se prémunir de toute coupure susceptible de toucher les câbles physiques de liaisons internet.

 

Cependant, pour certains médias locaux, le satellite en question ne devrait pas être seulement à usage civil, mais également militaire. C’est le cas par exemple du site algérien Algérie Focus.  Selon lui et divers sites chinois, l’Alcom Sat 1 doit, en premier lieu, répondre aux besoins stratégiques de l’Algérie, notamment en matière de sécurité. 

 

Vidéo. Le satellite Mohammed VI-A lancé avec succès depuis la Guyane française

 

Difficile de confirmer ce point à l’heure actuelle. Ce qui est sûr en revanche, c’est que la volonté de l’Algérie de se doter d’un satellite de communication date de plusieurs mois. En avril dernier, des officiels locaux en avaient même fait l’annonce publiquement, prédisant une mise en orbite de l’engin avant la fin de l’année en cours.

 

Autre certitude, les caractéristiques de l’Alcom Sat1 incluent des transpondeurs de bandes X, EHF et UHF qui sont généralement utilisées pour les besoins de l’armée et des secteurs stratégiques de l’État. Rien n'empêche non plus que des modifications puissent lui être apportées pour répondre à d'autres exigences, comme l'interception de signaux transmis par d'autres satellites, par exemple.

Vos réactions