Sommet des jeunes leaders maghrébins à Laâyoune: la participation de l'Algérie irrite le Polisario | www.le360.ma

ع
algérie-laâyoune

Photo de la délégation algérienne, lors de l'ouverture du Sommet des jeunes leaders maghrébins le 22 décembre à Laâyoune. 

© Copyright : dr

Sommet des jeunes leaders maghrébins à Laâyoune: la participation de l'Algérie irrite le Polisario

Par M'Hamed Hamrouch le 23/12/2017 à 18h15 (mise à jour le 23/12/2017 à 18h23)

Une photo de la délégation algérienne au 2e Sommet des jeunes leaders maghrébins, qui se tient à Laâyoune, suscite des vagues sur les sites de propagande du Polisario. Les raisons.

aA

La représentation de l'Algérie à Laâyoune, dans le cadre du 2e Sommet des jeunes leaders maghrébins, n'a laissé personne indifférent. C'est en effet la première fois que le voisin de l'est, principal soutien du Polisario, est représenté dans la capitale du Sahara marocain par une importante délégation. Une présence qui s'inscrit donc sur un mode de la rupture d'autant plus qu'Alger a fait du boycott des activités organisées au Maroc en général, et celles tenues dans le Sahara marocain particulièrement, une véritable ligne politique! Sa participation à Laâyoune n'est ainsi pas passée inaperçue, du moins pour le Polisario qui ne cache pas son agacement quant à la participation de l'Algérie, parrain officiel du mouvement séparatiste. 

 

"Une délégation algérienne veut normaliser avec le pays d'occupation", s'affole en effet le site de propagande séparatiste "Futuro Sahara", propriété de l'ancien chef de la soi-disant "armée sahraouie", Mohamed Lamine Bouhali. "C'est la première fois qu'une délégation de jeunes algériens participe à une activité organisée dans la capitale du Sahara sous occupation", croit savoir ledit site séparatiste.

 

La même source s'alarmait il y a quelques jours du réchauffement des relations maroco-mauritaniennes, traduit par la nomination d'un ambassadeur de Nouakchott à Rabat par le président Mohamed Ould Abdelaziz. Elle a vu dans le retour de l'ambassadeur mauritanien, après cinq ans d'absence, un véritable pied de nez au Polisario.

 

Ces signes sont de nature à accentuer l'isolement du front séparatiste, sur la scène africaine et désormais sur la scène maghrébine.