Tanger: El Omari se prépare à rendre les clés de la région | www.le360.ma

ع
Ilyas El Omari
© Copyright : DR

Tanger: El Omari se prépare à rendre les clés de la région

Par Fayza Senhaji le 29/05/2018 à 20h19

Kiosque360. Ilyas El Omari n'est plus à la tête du parti du Tracteur. Et son départ a une incidence certaine sur son poste à la présidence de la région. En effet, sa présence au siège se limite désormais à des visites de routine.

aA

Le PAM a changé de patron. Ilyas El Omari a quitté le secrétariat général du parti du Tracteur, pour laisser la place à Hakim Benchemass. Or, les effets de son départ se font déjà sentir au niveau de son poste de président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, rapporte le quotidien Al Akhbar dans son édition du mercredi 30 mai. S'appuyant sur les déclarations de sources informées, le journal indique ainsi que la première réunion de l'une des commissions, lundi dernier, au siège de la région, a été marquée par une certaine inertie. L'atonie régnait dans les rangs de ses membres, ajoute le journal qui impute cette situation au départ du PAM d’El Omari.


Compte tenu du comportement de l’ex numéro 1 du PAM, les prochaines sessions du conseil de la région seront probablement marquées de nouvelles surprises et rebondissements, estime d'ailleurs Al Akhbar. Ainsi, El Omari visite le siège de la région de temps à autre, de façon routinière, et a délégué certaines de ses missions à une équipe. Le journal lie l’attitude du président de la région à une récente décision de l’Etat qui a transféré les prérogatives de la société chargée de «Mohammed VI Tanger Tech city» à la capitale économique, pour éviter que des projets royaux ne se transforment en instruments de batailles médiatiques entre les politiques.


Selon le quotidien, le départ d’Ilyas El Omari de la direction du PAM ne serait qu'un premier pas le rapprochant d'un départ définitif du parti et de la cessation de ses responsabilités à la tête de la région. Il est attendu, en effet, qu'El Omari démissionne de la présidence de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et que soit élu, selon les lois en vigueur, un nouveau président.