Vidéo. Tajeddine El Houssaini: le rapport du secrétaire général de l'ONU est "équilibré" | www.le360.ma

ع
cover vidéo:Le360.ma •تاج الدين الحسيني:نجاح الانتخابات في الصحراء دليل على أن سكان الصحراء قرروا مصيرهم
© Copyright : Le360 : Adil Gadrouz

Vidéo. Tajeddine El Houssaini: le rapport du secrétaire général de l'ONU est "équilibré"

Par Mohamed Chakir Alaoui et Adil Gadrouz le 19/04/2017 à 12h29 (mise à jour le 19/04/2017 à 13h04)

En marge de la séance de présentation des derniers développements du projet de rapport du SG de l'ONU Antonio Guterres par Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, l’expert en relations internationales Tajeddine El Houssaini nous fait une lecture de cette première ébauche.

aA

Nasser Bourita, ministre des Affaires étranères et de la coopération, a informé ce mercred 19 avril les membres du gouvernement des derniers développements du projet de rapport d'Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU.

 

Commentant le draft du SG de l'ONU, distribué le 10 avril dernier aux Quinze membres du Conseil de sécurité, Tajeddine El Houssaini, expert en relations internationales, indique que «le projet de rapport du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres sur le Sahara, est équilibré et contient de nombreux aspects positifs.»

 

Il précise par ailleurs, que le projet de rapport a souligné, et c'est une première, la tenue des élections législatives du 7 octobre dans les provinces sahariennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le rapport estime que ces élections se sont déroulées dans des conditions normales. A travers les urnes, la population sahraouie a décidé de son propre sort", souligne l'expert qui rappelle au passage qu’Antonio Guterres salue le retrait du Maroc de la zone tampon de Guergarat et le retour de la composante civile (17 membres) de la MINURSO.

 

Tajeddine El Houssaini a par ailleurs qualifié de "prometteuse" l'annonce de la candidature de l’ancien président allemand, Horst Köhler, au poste d’émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara, en remplacement de l’ancien diplomate américain, Christopher Ross, dont le mandat est arrivé à terme fin mars dernier.

 

"C'est un indice positif, c'est un homme qui récuse les positions radicales et il est modéré", conclut le chercheur marocain.

 

Vos réactions