Voici la première réaction de Lahcen Daoudi après sa démission | www.le360.ma

ع
cover-vidéo:Le360.ma • Teaser Grand Format : Lahcen Daoudi

Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales, dans les studios de le360. 

© Copyright : Le360

Voici la première réaction de Lahcen Daoudi après sa démission

Par Mohamed Chakir Alaoui le 07/06/2018 à 17h58 (mise à jour le 07/06/2018 à 18h06)

Dans une déclaration à le360, Lahcen Daoudi affirme que sa démission ne lui a pas été dictée ou imposée. Il explique qu’il s’agit d’une «décision personnelle» et refuse de dire s’il regrette d’avoir pris part à la manifestation de Centrale Danone.

aA

Lahcen Daoudi a livré à le360 sa première réaction après que la direction du PJD a accepté sa démission de son poste de ministre des Affaires générales. Daoudi affirme que son départ du gouvernement obéit à «une décision personnelle».

 

«C'est mon choix personnel», a-t-il précisé essuyant d'un revers de la main les rumeurs selon lesquelles cette demande de démission «lui aurait été soufflée ou imposée». A la question de savoir s’il regrette d’avoir pris part à la manifestation de Centrale Danone, Daoudi rétorque: «je ne répondrai pas à cette question!» 

 

Les 24 heures chrono qui ont conduit Lahcen Daoudi à la démission



 

Lahcen Daoudi a, par ailleurs, précisé «qu'aucune décision n'a été encore prise» au sujet de l'acceptation et l'entrée en vigueur de cette démission. «Je travaille toujours. J'ai participé ce jeudi au Conseil de gouvernement», a-t-il déclaré précisant avoir remis en personne à Saâd-Eddine El Othmani sa demande de démission. «Je lui ai remis cette demande et c'est sur la base de ce choix que la direction du parti l'a actée», a conclu le ministre, objet d'une campagne de dénigrement de la part des militants du PJD pour avoir participé mardi soir à un sit-in de soutien aux salariés d'une entreprise laitière. 

 

Pourquoi le ministre démissionnaire, Lahcen Daoudi, a participé au Conseil du gouvernement 

 

Il est à rappeler que, conformément à la Constitution du royaume du Maroc, le chef du gouvernement peut demander au roi de mettre fin aux fonctions d’un membre du gouvernement. L’esprit du texte de la Constitution laisse entendre que la démission de Daoudi sera également soumise au souverain.