Aïd El Adha: les moutons seront désormais acquis à travers des bons | www.le360.ma

ع
Moutons Aid Al Adha
© Copyright : Dr

Aïd El Adha: les moutons seront désormais acquis à travers des bons

Par Mohamed Deychillaoui le 26/05/2018 à 00h23

Kiosque360. Pour parer à la bérézina qu’avait connue la fête d’Al Adha marquée, l'année dernière, par la putréfaction rapide de la viande de mouton, le ministère de l’Agriculture a pris les devants. Les moutons seront acquis, cette année, à travers des bons attestant de leur origine.

aA

L’on se rappelle que, l’année dernière, plusieurs foyers marocains avaient été obligés de jeter à la poubelle les carcasses de leur mouton, dès le lendemain de l’Aïd El Kébir. Et pour cause! La viande avait viré du rouge au vert, tout en dégageant des odeurs nauséabondes.

 

Pour cette année, et pour éviter la répétition de cette arnaque ourdie par des chennaqas véreux restés non identifiés, les autorités ont déjà pris les devants. C’est ainsi que le ministère de l’Agriculture vient de décider, rapporte le quotidien Al Massae de ce week-end des 26 et 27 mai, que tous les moutons seraient acquis, lors du prochain Aïd Al Adha, à travers des bons permettant la traçabilité de la marchandise. Chaque mouton exposé à la vente aura désormais un numéro de série, alors que la ferme dont il est originaire sera dûment mentionnée.

 

C’est en étroite collaboration avec la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges que le ministère de l’Agriculture a peaufiné toutes les mesures fermes à prendre en vue d’empêcher la survenue des problèmes enregistrés l’année dernière, problèmes qui auraient pu créer une catastrophe sanitaire. A cet effet, le ministère a débloqué une enveloppe de 36 millions de dirhams pour lutter contre les souks informels.

 

La Fédération interprofessionnelle des viandes rouges a pris sur elle d’assurer l’immatriculation de tous les moutons proposés pour la fête, dont chacun aura un numéro agrafé à l’oreille, ainsi que le recensement de toutes les fermes dont seraient originaires les moutons. Pendant tout le mois précédant la fête, tous les «kessabas» seront sensibilisés par le ministère, qui assurera également la gestion informatique de toutes ces données.

 

Grâce à ce dispositif, en cas de problème, il suffira au consommateur de livrer l’identifiant du mouton litigieux pour que les responsables de l’éventuelle putréfaction des viandes soient immédiatement identifiés et poursuivis en justice.