Benslimane: deux présidents de communes impliqués dans un scandale sexuel | www.le360.ma

ع
Dessin-adultère
© Copyright : Le360

Benslimane: deux présidents de communes impliqués dans un scandale sexuel

Par Abdelkader El-Aine le 24/01/2018 à 21h38

Kiosque360. La ville de Benslimane a été, de nouveau, secouée par un scandale sexuel. Mais, cette fois, ce sont deux présidents de communes, pris en flagrant délit d'adultère, qui ont défrayé la chronique. Leur sort est entre les mains de la justice et de…leurs conjoints respectifs.

aA

Les services de police du district de Riad Salam de Mohammédia se sont rendus, dans la nuit du mardi 23 janvier, dans un appartement de la résidence Lina, dans le quartier Al Wafae. Ils sont eu la grande surprise d'y découvrir deux personnes, prises en flagrant délit d’adultère. Les prévenus, tous deux mariés, sont le président de la commune rurale Fdalate et la présidente de la commune rurale Oulad Ali Toualaa.

 

Le quotidien Assabah, qui rapporte l'affaire dans son édition de ce jeudi 25 janvier, affirme que la femme du premier mis en cause avait alerté la police, en indiquant l’appartement dans lequel les deux amants se donnaient rendez-vous pour passer des moments intimes, à l’abri des regards.

 

«Les deux prévenus ont supplié, en vain, les éléments de la police qui se sont saisis des preuves, dont des préservatifs, confirmant que les deux amants entretenaient une relation sexuelle. Le couple a été emmené à la permanence de police pour être entendu, de même que la plaignante. Un PV a été dressé à leur encontre», souligne le journal arabophone.

 

Selon les sources de la publication, les deux amants auraient prétendu s'être rendus dans l’appartement perquisitionné pour «discuter de choses liées à la gestion de leurs communes». Mais les éléments saisis par les policiers et l’état dans lequel les deux mis en cause ont été retrouvés démentent leurs propos. Ils ont été placés en garde à vue sur instruction du procureur du roi près le tribunal de première instance de Mohammédia.
Et ils risquent gros, d’autant que leurs conjoints respectifs ont refusé de renoncer à les poursuivre en justice.