Collectivités locales: les caisses sont bien remplies | www.le360.ma

ع
argent
© Copyright : DR

Collectivités locales: les caisses sont bien remplies

Par Fayza Senhaji le 13/09/2018 à 21h24

Kiosque360. Plus de 4,4 milliards de dirhams sont actuellement dans les caisses des collectivités locales, conséquence de la gestion budgétaire des sept premiers mois de l’année en cours.

aA

Alors que plusieurs communes souffrent toujours d’un manque persistant d'infrastructures, les comptes des collectivités locales semblent eux encore bien remplis. C’est ce qui se dégage de la dernière note d’information de la Trésorerie générale du royaume (TGR) à laquelle s’intéresse Al Massae dans son édition du vendredi 14 septembre.

 

Selon la publication, cette note fait état d’un solde positif de 4,4 milliards de de dirhams dans les caisses des collectivités au terme des sept premiers mois de l’année. C’est plus de 100 millions de dirhams de plus que le solde enregistré à la même période de l’année dernière.


Il faut toutefois reconnaître que ce ne sont pas moins de 6 milliards de dirhams d’investissement qui ont été comptabilisés sur cette même période, laissant ainsi entendre, comme le rapporte Al Massae, que ce sont principalement les revenus dégagés par ces collectivités qui ont explosé. Ainsi, selon la même source, les recettes ordinaires des collectivités locales ont atteint à fin juillet dernier 23,1 milliards de dirhams, en hausse de 5,6% comparativement à la même période de 2017, au moment où leurs dépenses ordinaires ne se sont renchéries que de 2,3% à 13,2 milliards.


D’après les chiffres de la TGR rapportés par la publication, cette envolée des recettes s’explique en grande partie par la hausse des transferts reçus de la part de l’administration centrale et qui ont enregistré un bond de plus de 9%. Au même moment, les recettes collectées directement par les collectivités locales n’ont augmenté que de 2,8%.


Pour ce qui est de la hausse des dépenses, elle s’explique principalement par la hausse des charges des fonctionnaires, les dépenses de matériel et les services. Le coût de la dette s’inscrit également en hausse, estimée par la TGR à 3,9 milliards, comparativement à fin juillet 2017, rapporte Al Massae.