Été 2017: treize noyades dans les barrages relevant du bassin de Sebou | www.le360.ma

ع
noyade
© Copyright : DR

Été 2017: treize noyades dans les barrages relevant du bassin de Sebou

Par Le360 (avec MAP) le 05/09/2017 à 11h12

Treize personnes ont trouvé la mort par noyade, durant l’été 2017, dans les retenues des barrages relevant du bassin de Sebou. Ce, malgré une campagne de prévention.

aA

Selon les chiffres fournis par l’Agence du bassin hydraulique de Sebou (ABHS), ces décès ont été déplorés au niveau des barrages de Sidi Chahed (4 morts), Al Wahda (3), Allal Al Fassi (2), Idriss 1er (1), Bouhouda (1), Bab Louta (1), et le bassin de compensation Matmata (1).

 

Malgré les dangers qu’ils encourent et les nombreux décès enregistrés, les jeunes continuent de se baigner dans les barrages, oueds et autres retenues collinaires, déplore l’ABHS, qui rappelle qu’une campagne de sensibilisation sur les risques de la nage dans les barrages a été lancée cette année.

 

Pour limiter le nombre croissant des victimes par noyade dans les retenues de barrages, des affiches et des brochures ont ainsi été diffusées dans les provinces, cercles, caïdats et différentes communes limitrophes des barrages du bassin.

 

Parmi les causes de noyade dans les barrages figure le fait que les berges ne sont pas aménagées pour faciliter l’accès à l’eau. En outre, la profondeur des eaux atteint 100 mètres et l’accumulation de la vase sur les berges et au fond des retenues représente elle aussi un danger.

 

La présence de courants est également citée parmi les risques réels pouvant emporter plusieurs baigneurs à la fois. Il convient de souligner que les barrages sont gérés de manière à satisfaire les besoins en eau potable, l’irrigation et la production de l’électricité, ce qui peut créer des turbulences et des courants d’eau difficiles à surmonter, même par les nageurs les plus avertis. Les opérations de secours sont par ailleurs difficiles à mener sur ces sites.

 

Sebou est l'un des plus importants bassins hydrauliques du royaume. Il doit satisfaire les besoins d'une population de 6,2 millions d'habitants, urbaine à 50%.